RDC : Suspension momentanée du médicament de l’hydroxie-chloroquine par l’OMS.

 Selon  le Professeur Jean-Marie Kayembe, ce produit  n’était pas en excès clinique, mais  il  était plutôt administré aux malades atteints  au COVID-19.  Pour ce responsable de la Prise en charge aux  Secrétariat technique de la Riposte  en RDC : «  l’Organisation Mondiale de la santé joue  son rôle après sa décision  de suspendre ce protocole , une réunion devra se tenir au niveau du Commission Multisectorielle  de la Riposte pour réfléchir sur cette question » déclare-t-il en ajoutant  qu’ afin  de  présenter les observations  des experts congolais  à la matière.  Le Professeur Docteur  Jean-Marie Kayembe  souligne que,   l’OMS est une policière  dans ce domaine .Il  réitère  que l’hydroxie-chloroquine  est un protocole thérapeutique qu’ils appliquent aux malades  atteint au  COVID-19. : «  Nous avons déjà  plus ou moins deux mois de traitement hydroxie-chloroquine, mais car cela ne tienne le Secrétariat Technique ainsi que les pharmacovigilances vont se réunir et présenter les observations que nous avons pu faire chez –nous » insiste-t-il  en poursuivant qu’ils ne  sont pas   seulement le seul Etat  qui  est regardant, mais l’Afrique du Nord et Sud recourent  également à ce molécule précité. Il appelle   également à  suivre l’évolution du Monde scientifique en ayant la tête froide  et l’esprit tout à fait alerte  afin d’analyser sérieusement les données.  Pour rappel, L’OMS a annoncé avant  hier  lundi 25 mai 2020, la suspension  temporaire des essaies cliniques avec l’hydroxie-chloroquine menée avec  ses partenaires dans plusieurs pays. Une décision consécutive à la publication d’une étude  jugeant ce traitement avec ce produit inefficace  voir même néfaste pour des personnes infectées  au COVID-19.

Rose Kashala                               

Input your search keywords and press Enter.