Goma : ’’ Ensemble’’ exige le retour de Moïse Katumbi en homme libre

 Les responsables des partis et regroupement membres du  mouvement ‘’Ensemble pour le Changement’’ soutenant  la candidature de l’ex-gouverneur du Katanga, Moïse Katumbi. Ils étaient des  centaines au quartier général de la Monusco pour déposer leur mémo exigeant le retour en homme libre de  Moise Katumbi. C’était  ce vendre 31 Aout  2018 à Goma.
«  nous sommes devant vous, le chef de bureau de la Monusco pour exiger le retour de l’excellence Moïse Katumbi en RDC, en homme libre  et sécurisé afin de prendre part activement au processus  électoral en cours  en tant que candidat président de la République » dit Prudence  Cimwerayi, l’un des secrétaires fédéraux des partis politiques qui portent à cœur l’idéologie de Moïse Katumbi en ajoutant que, le chef  adjoint de bureau de la mission doit leur faciliter à faire parvenir ce message et l’implication manifeste des nations unies  pour l’aboutissement heureux et rapide  de la lutte pour le retour  de Moïse Katumbi au pays. la dizaine des partis politiques soutenant la candidature de Katumbi soulignent dans ce  mémo que,  leur lutte actuelle  reste pour que,  leur  candidat  revienne au pays et participe  aux élections qui pointent à l’horizon en tant que,  candidat président de la République en RDC.
Des préoccupations soulevées
A noter que, ce mémorandum renferme trois préoccupations majeures  soulevées par ces politiciens notamment,   le retour en RDC de Moïse Katumbi en homme libre,  sa sécurité  durant toute la période électorale et  sa participation active  comme candidat à ces élections, surtout, à  la présidentielle.  Ils ont par la suite,  dénoncé l’acharnement politique  dont est  victime l’ex-gouverneur du Katanga et violation  de manière flagrante  la constitution et des textes  règlementaires. Ils ajoutent que, ceux-ci violent  l’accord du 31 décembre 2016 qui prévoit  des mesures  des décrispations politiques. Les militants du regroupement ‘’Ensemble’’ ont mis en garde  le représentant de la Monusco. Il a été  averti s’ils ne trouvent pas des réponses satisfaisantes  à leurs revendications, des conséquences graves vont s’en suivre contre  la région et la République en générale.
La Monusco salue l’action
Par  ailleurs, Le chef de bureau adjoint jouant l’intérim de son chef,  Julius Nyamkimah Fondong a remercié  ces politiciens pour le caractère Pacific de leur manifestation  et leur promettent de faire parvenir, leurs réclamations à qui de droits. Aucun incident majeur n’a été enregistré au cours de cette marche qui visiblement n’a été encadrée par aucun agent de sécurité.
Norbert Mwindulwa

Input your search keywords and press Enter.