Un an du gouvernement Sama Lukonde sur fond d’une politique honnête, au service de la nation

0 Shares

Un an jour pour jour depuis que  le premier ministre congolais Jean-Michel  Sama Lukonde est en poste  en RDC. Il nous accordé une interview  ce 27 Avril 2022   et parle de la situation sécuritaire à l’Est de la République Démocratique du Congo  et  rassure sur le processus électoral déclenché   il y a peu.

Emergence Plus : Monsieur le Premier ministre Bonjour !

Jean Michel Sama Lukonde : Bonjour Monsieur le Journaliste

Emergence Plus : Des pourparlers avec les groupes armés actifs à l’Est du pays ont commencé la semaine dernière ; êtes-vous optimiste à des chances que peuvent donner ces discussions pour mettre fin à de décennies des violences  dans la partie orientale de notre pays ?

Jean-Michel Sama Lukonde : Nous avons commencés ces pourparlers dont je considère comme des consultations dans le cadre de notre adhésion à la communauté  des Etats de l’Afrique  de l’Est.  Avec pour objectif de ramener la paix, une paix  durable dans cette région de Grands Lacs.

Emergence Plus : Parmi ces groupes des rebelles, figurent le Mouvement du 23 Mars dit M23  qui ont pris des options d’en découdre contre  l’armée régulière. Est-ce que , soupçonnez-vous comme d’autres en République Démocratique du Congo que le Rwanda soit  derrière ces derniers, qu’il soit mis en œuvre en le fournissant des armés et minutions ?

Jean-Michel Sama Lukonde :   ce sont des échanges qui se font non seulement avec l’Ouganda, mais aussi le Rwanda, le Burundi  et d’autres, Par ce que nous ne pouvons pas oublier aussi que , dans toutes les exactions qu’il ya eu, nous avons des forces qui sont venues  de toutes ces zones donc que l’on puisse avoir des soupçons qui peuvent être faites. Mais dans ce cadre –là, le Rwanda donne aussi  dans le cadre des échanges que nous avons à Nairobi  afin d’aller à l’AEC.

Emergence Plus : La présidentielle   en RDC est prévue en décembre 2023, dans le cercle présidentiel, certains évoque un glissement possible  de cette date sous prétexte que le Président Félix Tshisekedi  a perdu les deux premiers mois de son mandat actuel  dans une lutte de pouvoir avec  son prédécesseur. Le glissement  est-il formellement exclu selon vous Mr le premier –ministre ?

Jean-Michel Sama Lukonde : tout ce que vous venez de m’informer, je le considère comme une rumeur. C’est un engagement pris par le Président de la République et par le Gouvernement lorsqu’il a présenté son programme devant l’Assemblée Nationale et le Sénat réunis en congrès. Nous sommes donc convaincus que le programme à notre possession sera mis  en exécution et assurer ces élections  en 2023.

Emergence Plus : l’Opposition politique continue de contester la composition de la Commission Electorale Nationale Indépendante, la Cour Constitutionnelle. Cette opposition réclame tout haut  un dialogue avant d’aller à ces élections. Etes-vous favorable à ces dialogues ?

Jean-Michel Sama Lukonde : Nous avons des cadres institutionnels  de ces échéances. Je crois que le mécanisme  qui a mis sur place le bureau de la CENI  qui passe par  le parlement. Une procédure qui s’est faite et qui a été respectée, donc évoquer une question qui pouvait mettre en mal ce processus  ou peut être le retarder n’est pas démise pour nous.

Emergence Plus : Mais le risque est que  la RDC s’engage comme  dans le temps de Joseph Kabila  sur le processus électoral non consensuels avec  à la clé son lot des contestations et des violences, qu’allez-vous faire Mr le Premier –ministre ?

Jean –Michel Sama Lukonde : D’abord, je ne voudrais pas comparer  les deux époques et nous sommes dans un contexte totalement diffèrent. L’histoire électoral en RDC révèle que  jamais il  n y a  eu l’unanimité totale vis-à-vis du processus électoral. L’important c’est que la majorité s’assume et la CENI puisse garantir une certaine transparence. Donc à partir du moment où nous aurons une volonté claire des politiciens, d’aller dans ce processus apaisé, je ne vois pas d’où viendrait non seulement la violence et les contestations.

Emergence Plus : La lutte contre la corruption est une priorité, le 20 février dernier votre gouvernement a signé un accord avec l’homme d’affaire Israélien Dan Gatler, qui est sous sanction Américaine pour corruption. En échange la fusion de l’ensemble de ses actifs miniers et pétrolier. Gatler  échappe aux poursuites judiciaires. Pourquoi  cette impunité de votre part ?

Jean-Michel Sama Lukonde : Je ne considère pas qu’il échappe aux systèmes judiciaires, çà, c’est vous qui le dite Monsieur  de la presse. Je crois que notre politique ici, c’est de revenir sur ces contrats mal négociés  donc l’échange  que nous avons eu avec l’homme d’affaires, c’était d’abord de récupérer nos actifs  miniers  et s’assurer qu’elle serve à l’intérêt congolais  et à son peuple. Nous avons aussi dit que nous n’allons pas le faire, c’est allé à l’encontre des objectifs judiciaires par ce que nous avons eu aussi  échangés avec le trésor public Américain, ce sont des échanges qui se poursuivent, c’est clair  et je n’aimerais pas qu’on puisse mélanger les deux questions Mr le Journaliste.

Norbert Mwindulwa    

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.