Nord-Kivu : Les Consultations Populaires sur la Justice Transitionnelles, lancées à Goma par le Ministre Albert Fabrice Puela à la satisfaction de tous

0 Shares

Les consultations nationales ont été lancées officiellement ce 18 mars encours à  Goma par le ministère  des Droits Humains de la RDC. Celles-ci, en présence du Gouverneur miliaire de la Province du Nord-Kivu et des plusieurs Associations des Droits de l’homme et  des acteurs   de la Societé Civile  du Nord et Sud-Kivu. C’était à l’hôtel Mbinza de Goma. Les ONG des Droits de l’homme saluent l’avènement contributeur   de la reconstruction de la paix en RDC.

il fait le point à la presse de Goma

Selon le ministre national de la justice, Albert Fabrice Puela contrairement  à la Justice Classique, la Justice Transitionnelle s’occupe plus des victimes, de leur réparation, des infractions  et pas n’importe lesquelles, celles d’une certaine gravité  dont l’Etat  a un peu failli  à sa mission quant à la protection des personnes et de leurs biens. C’est  la raison pour laquelle, ce haut cadre  congolais  soutient que,  la justice transitionnelle reste indispensable non seulement  à la promotion et protection des droits de l’homme et surtout  à la mise en œuvre d’une justice qui est au service des victimes dans le but de favoriser la paix et la sécurité au sein des communautés.  Ainsi,  contribuée à la bonne gouvernance et de développement  dans nos communautés. : «  La devise notre pays c’est  Justice, paix et travail et on ne peut l’avoir sans une justice juste. La justice est donc le fondement de toute societé  car elle élève une nation » insiste-t-il

Elle lutte contre l’impunité

Si, la justice transitionnelle ne peut pas lutter contre l’impunité donc elle sert à rien, elle aussi réparatrice et une bonne réparation rime avec une justice pour que, les bourreaux ne cessent de narguer les victimes.  Certes, la RDC continue à panser ces plaies depuis l’époque coloniale jusqu’à ce jour , la province du Nord-Kivu et ses sœurs dont le  Sud Kivu, l’Ituri, le Maniema  et  la province orientale sont largement concernées. A  cet effet,  Cette partie de la République est concernée  suite  à de graves violations  des droits de l’homme et droits international humanitaire  dont plusieurs filles et fils ont été victimes  en sachant que l’Etat qui était censé de les protéger, mais  n’a pas pu jouer pleinement son rôle régalien.  C’est dans ce contexte que, le 22  Juin 2021 lors de la remise des quelques corps  des victimes de Tchisuku  au Kasai-Central  relativement au phénomène Kamuina sapu , le ministre Fabrice Puela  s’était agenouié  pour demander pardon  à toutes  les victimes de ces atrocités.

Coordonnateur Karpate Tulinabo pour la Justice Transitionnelle au NK

L’Etat congolais a été sincère envers son peuple

A  ce jour à Goma,  le Président de la République et le premier ministre l’envoie  au nom de l’Etat congolais pour  implorer un autre pardon, un pardon qu’il a qualifié de sincère  car venant du fond du cœur et que l’Etat  s’il ne joue pas son rôle de sécuriser les personnes et leurs biens, d’assurer la sécurité territoriale, son rôle devra être défini a  reconnu sagement le ministre des droits Humains de la RDC.

La Justice Transitionnelle concerne tous  

Prenant la parole à cette circonstance, le Gouverneur militaire, Constant Ndima soutient que, nous  devons tous  nous sentir concernés  car une injustice contre un membre de la communauté  des pygmées par exemple,  reste une menace contre toute la République  et cela qu’on soit dans quelle partie de notre pays. C’est de cette manière que,  nous aspirerons appartenir à une seule nation : «  Nous convenons qu’on aucune vraie paix  ne peut arriver en RDC  et à Goma ou ailleurs si nous ne nous engageons pas comme un seul homme  pour implémenter ces différents mécanismes de justice  transitionnelle y compris   cette première phase, les consultations nationales »  déclare-t-il  et d’ajouter cette justice dont on parle ici , vise à établir  la réparation en faveur des victimes , établir toute la vérité de tout ce qui s’était passé pour comprendre les causes, les origines  des évènements ayant embrasés  des communautés  qui jadis vivaient en harmonie.

Les ONG DH  se sentent fier   d’accomplir leur mission

De fil en aiguille, Karpate Tulinabo Burumba, Coordonnateur des Concersium  des ONG des Droits de l’homme,  militantes  de la justice transitionnelle   au Nord Kivu  est l’homme le plus heureux au monde car son demande a été exaucée par l’arrivée du ministre de tutelle sur  ces consultations  populaires : «  C’est un ouf de soulagement  pour moi car nous souhaitions que,  cette justice transitionnelle soit mise en application en RDC et nous nous rassurons que les victimes cette fois-ci vont bénéficier d’une réparation  » se réjouisse-t-il en ajoutant qu’elle vise à  rétablir la victime dans son Etat initial avec à la clé ses quatre piliers dont la recherche de la vérité, les poursuites pénales , la réparation  et la garantie de non répétition.  C’est de cette manière que ,  ce responsable pense que,  la Justice Transitionnelle vise aussi la réconciliation  afin de promouvoir la cohabitation pacifique  et la paix. Avec comme finalité le retour total de la paix dans nos provinces a-t-il renchérie. Il faut dire que, les consultations populaires commencent dès  ce lancement officiel par le ministre national  des Droits Humains, Fabrice Puela.

Norbert Mwindulwa  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.