Goma : des familles Kidnappées redeviennent victimes des menaces

Mme Ruth, la mère de la victime


Après des libérations mystérieuses des kidnappeurs, plusieurs familles dont l’un de leur a été victime d’enlèvement orchestré par une bande des malfaiteurs reçoit des menaces de mort de la part de leur bourreau. C’est le cas de la famille de Roy Kayembe, 7 ans et élève à l’école privée des volcans, que ses bourreaux lui profèrent des menaces de mort.. Depuis lors, la famille vit dans la clandestinité.
« Je vis avec la peur au ventre depuis cela trois ans, pour aller quelque part, il faut qu’on soit escorté par des militaires, mes enfants et moi-même. Nous avons peur, ils disent qu’ils ont notre vie entre leur main et ils vont cette fois m’enlever moi et nous tuer » témoignage  Ruth Kanjinga Kayembe, mère de cinq enfants dont Roy Kayembe, un petit garçon kidnappé à l’école primaire des volcans en février 2015. Ce petit garçon avait 4ans lors qu’il a été pris dans sa salle de classe par l’un de leur domestique. Sa mère, Ruth Kanjinga nous fait le point « c’était un certain lundi à 7heure et demi, en  février 2015 lorsque Roy a été pris  dans sa salle de classe par son ravisseur, l’un de nos domestiques sous prétexte qu’il revient à bord de la voiture pour récupérer sa collation et il a été amené à Minova » se rappelle-t-elle en sanglotant.
Il sera cueilli dans sa classe
C’est la Directrice de l’école qui  alerte  aux parents de Roy sur son absence à l’école, en demandant si le garçon était toujours à la maison ?chose qui va réveiller le soupçon de sa mère car c’était encore tôt matin «  j’avais reçu l’appel de sa Directrice à 9heures  pourtant , je l’avais amène à 7heures du matin moi-même, la directrice va confirmer que c’est votre domestique qui est passé récupéré Roy »se souvient-elle et d’ajouter qu’elle est passée à l’école pour vérifier le fait.. Le domestique dont on parle ici, le nommé Amuri sera aussi porté disparu dans sa famille. Après 2 heures passées, une femme va décrocher le téléphone du ravisseur Amuri en disant qu’il serait déjà parti pour Bukavu. Sa mère Kanjinga Ruth a compris vite c’était un enlèvement va faire une déposition à la police et distribuée les photos de son fils partout «  j’ai pris ses photos que j’avais amené à la télévision, au port, à l’aéroport et aux frontières de Goma-Gisenyi pour amorcer sa recherche » déclare-t-elle. C’est alors que l’un des ravisseurs va appeler son mari pour le mettre en garde de n’est plus faire passer des messages de disparition de Roy, sinon, il disparaitra pour toujours. Apres quoi, les discussions de prix pour libérer le garçon ont commencé dit Félix Kayembe «  le premier jour, ils ont exigé 5 milles dollars Américains et le troisième ils vont  hausser le prix de rançon à 15 milles sinon, le garçon sera mort »témoigne-t-il  et de poursuivre qu’ils ont été traumatisés vu qu’ils n’avaient pas ce sou dans leur poche.
La famille vit le cauchemar
Ils vont d’abord exiger de causer avec l’enfant avant d’envoyer  l’argent sur un téléphone Airtel Money qu’ils avaient donné. Quatre jours de cauchemar que les parents Roy ont enduré, sans manger et on parvenu à réunir milles dollars en échange de vie de leur fils.  Les services de sécurité  avaient mis la main sur les ravisseurs car la société de  Transfer d’argent  avait identifié où a été retiré la monnaie. Il fera signe à Félix.  Heureusement Roy, l’un de ces 7 ravisseurs n’a pas été d’accord qu’ils ôtent la vie d’un petit garçon, il va signaler le commandant de la police de Minova. La PNC arrêtera certains de ces bandits et va encore les libérer après avoir glissé un pot de vin. Une partie de ces kidnappeurs seront arrêtés à Goma, au parc, jugés au TGI et condamnés, mais ils seront relâchés. Aujourd’hui, ces bandits continuent à  proférer des messages de mort à la famille de Roy sur le téléphone de sa mère et ces gens circuleraient librement à Goma. Pour cette famille, elle ne sait plus à quel saint se voué car même la justice  est mouillée dans la corruption.
Norbert Mwindulwa

Input your search keywords and press Enter.