La Tshopo : 62 enfants en situation difficile prennent d’assaut la Résidence du Gouverneur Maurice Sakapela pour détourner une spoliation de leur parcelle par un homme d’affaires

 

Selon  notre source, ces enfants sont  hébergés dans la Maison  Saint Laurent de Kisangani  ont  pris d’assaut la résidence  du Gouverneur à l’intérim afin d’empêcher la spoliation  de leur parcelle par un homme d’affaires bien connu. C’est pour marquer  leur désapprobation face  à  la  tentative de la spoliation par un groupe des personnes qualifiées des mafieux. Cela, au su et au vu de toutes les autorités provinciales. Parmi ces 62 enfants,  quatre de leur ont été  blessés et internent dans un centre   de santé de la place pour des soins.

Ces enfants ont été blessés lors des interventions des éléments de la police  dans le but de rétablir l’ordre public. Cela s’est passé sur le site convoité par un particulier bien identifié dans la ville de Kisangani.  Ce dernier a été accusé par les prêtres pour vouloir  spolier la parcelle de ces orphelins  pourtant, ces pasteurs catholiques disent avoir  détenir tous leurs documents cadastraux.  Cet incident  est  survenu lorsque les jeunes pensionnaires de la maison Saint Laurent  ont opposé une résistance farouche  au moment où un agent de service cadastral a été entouré de  ses proches  tentait de procéder   le dimanche dernier aux travaux de bornage et mesurage  de la parcelle   à l’absence des prêtres.

L’Etat n’a rien fait pour ces enfants

Ces enfants en colères, contestaient contre l’inaction de l’Etat Congolais  qui selon eux,  n’arrive pas à prendre des actions conséquentes  pour protéger leur lopin  de terre  servant ainsi à des œuvres de charité. De ce fait, ces prêtres ont remis ces enfants entre les mains de l’Etat congolais  pour jouer réellement son rôle a déclaré l’un de ces prêtres  en colère.

 

Le Gouverneur n’a pas été content

Par ailleurs, le Gouverneur de la province, Maurice Abibu Sakapela  à l’intérim s’est dit choqué de cet acte  posé par ces clergé : «  c’est inadmissible  que cela se passe ainsi, nous avons envoyé la police, malheureusement, il y a eu l’inadvertance   de l’officier en chef qui a conduit cette opération  car il a pris position par rapport  à ce dossier et cela d’une manière maladroite »  se désole-t-il  en poursuivant que , ce n’était une raison valable pour que  ces prêtres puissent mettre  ces pauvres enfants devant sa résidence  et sous un soleil  de plomb .  Le Chef de l’exécutif provincial promet d’organiser une réunion  du comité provincial de sécurité élargie  qui devra  mettre sur une même table les parties prenantes  et    les services  cadastraux  afin de statuer et en sortir  une décision  finale.

 

 Félix Abosa  depuis Kisangani 

Input your search keywords and press Enter.