Masisi : La Réouverture du site minier de Rubaya revivifie l’économie

Ouf de soulagement pour les habitants de Masisi  en général et particulièrement pour les exploitants de Rubaya.  Le site minier de Rubaya  a été ouvert de nouveau  ce 13 Aout par  le gouverneur Julien Paluku. Pour rappel, ce site s’est fermé en  mai dernier à la suite des violences  survenues entre intervenants, à l’occurrence Société Minière de Bisunzu et Coopérative Minière de Masisi.
La réouverture des activités minières à Rubaya à quelques heures seulement après la réception de l’arrêté du ministère de tutelle portant sa requalification est un signe de satisfaction totale pour la population du Nord-Kivu.  Cette réouverture vient de revivifier  des différents secteurs économiques. Lesquels ont senties une  incidence négative  de cette suspension  en termes de substances des milliers d’âmes  en province. Le gouverneur de la province  a invité tous les exploitants de ce site au respect strict  des lois du pays.  Julien  Paluku en a profité de son passage à Masisi  pour présenter le candidat  présidentiable du Front Commun pour le Congo, une plateforme politique dont l’autorité morale est Joseph Kabila.  Il s’agit d’Emmanuel Ramazani Shadari pour qui, il a demandé  le soutien de ses frères du grand Kivu «  ce site vient de passer de jaune à  vert pour signifier  que, l’exploitation commence, nous venons à travers la commission qui avait été  constituée de recenser 1544 creuseurs artisanaux qui vont être opérationnels » déclare-t-il en poursuivant  tout creuseur qui devra travailler, devra préalablement s’identifier afin que nous nous rassurions que, le site est géré par des personnes mieux connues.
Les militaires sont interdis
Le chef de l’exécutif province a ajouté qu’il est formellement interdit que des militaires  se retrouvent dans ce site minier pour éviter que ces minerais soient considérés comme ‘’minerais de sang ou de conflit et notre armé continue à se mixé dans l’exploitation minière. Le responsable de COPEMA a plaidé pour l’attente entre  les intervenants et le respect du protocole signé entre les parties prenantes, Le député Robert  Senignga en dit «  comme vous l’aviez entendu, au mois juin  nous nous sommes convenus et avons signés le consensus  pour exploiter. Le monde entier savait qu’il ya eu des conflits entre nous,  il a fallu que le gouverneur au travers le ministre national des mines  ont exigé qu’il ait une commission pour vérifier si le respect des droits de l’homme est effectif dans ce site » révèle-t-il en poursuivant  que, c’est la raison qui a poussé l’autorité à nous rouvrir ce site minier.
Appel au respect de loi
Cet élu de Masisi appelle sa base au respect des lois de la République. De fil en aiguille, le patron de Société Minière de Bisunzu (SMB)  a martelé sur l’ordre , le sénateur  Mwanga Shushu  Edouard en revient  pour que la cohabitation entre occupants de site soit possible «  fini la famine, vous allez commencer à travailler,  le gouverneur vient de nous aider en s’impliquant personnellement sur notre cause,  ces minerais  ont des conditions préalables pour leurs exploitations et nous sommes bien d’accord avec COPERAMA » insiste-t-il en continuant que tout le monde qui sera en train de travailler ici, doit respecter les règles d’ici et il ya du travail pour tout le monde, à une seule condition, le respect  de ce protocole d’accord signé entre les parties prenantes pour que l’ordre y règne. Cette reprise des activités minières régis  plusieurs personnes notamment les creuseurs, qui pensent que cette suspension avait des répercussions sur leur ménage. Ils remercient les autorités pour avoir pris ce problème à bras le corps, l’une d’eux   donne son impression «  nous remercions nos autorités et voulons tous travailler pour gagner  notre pain quotidienne, une véritable reprise de vie économique qui a été handicapée depuis trois mois » se réjouit Angélique Nyira Safari, de la dynamique des femmes de mines dans le COOPERAMA.
Norbert Mwindulwa

Input your search keywords and press Enter.