Goma : face à face entre le parlement des jeunes, l’ANR et la CENI

Le parlement des jeunes au Nord-Kivu a réuni la CENI, l’ANR et les jeunes  pour discuter sur les engins du moment par exemple, les élections, la cohabitation pacifique entre jeunes et les services de renseignement. C’était  ce samedi 11 Aout 2018 dans la salle IMANI à Katindo.  Ces jeunes adoptent la machine à voter après des explications.
La journée internationale de la jeunesse a été célébrée sous le thème ‘’ la jeunesse, l’avenir et le présent  de la nation’’,    le parlement des jeunes au Nord-Kivu a circonscrit  à son tour ce thème  dans le contexte actuel de la RDC. Cette organisation des jeunes a parlé des engins du moment  notamment les élections  en cours dans le pays. Ils ont voulu comprendre le processus électoral  et réfléchir sur la question des élections qui signifient une solution aux problèmes congolais, Johnson Butaragaza, le président  du parlement des jeunes en explique «  nous avons invité la CENI, l’organe délibérant pour nous expliquer, c’est quoi la machine à voter ? Est-ce qu’elle est,  ce que les gens prétendre selon  ce qu’ils soient de l’opposition ou de la majorité » déclare-t-il en poursuivant, qu’ils la décrivent comme, ils veulent  selon leurs appartenances politiques.
La collaboration est importante
Ils ont associé l’Agence Nationale  de Renseignement  (ANR) pour que,  les jeunes collaborer avec les services de sécurité pendant cette période d’humeurs et de tensions fortes afin d’éviter les dérapages.  Pour  Johnson Ishara Butaragaza, ces services doivent se mettre en confiance en expliquant à la jeunesse comment,  il compte à accompagner ce climat électoral en RDC. Il soutient qu’une fois la population est sous ou moins informée, cette population constitue un danger pour soi-même et pour sa nation.  Un autre jeune qui a requis l’anonymat,  soutient que,  ces élections peuvent aboutir  à des meilleurs résultats, une fois que,  la population, l’opposition, la majorité et  les services de sécurité se mettent en confiance. « Nous voulons un climat d’échange  pour éviter tous préjugés et stéréotypes sur les notions importantes qui se déroulent dans notre pays,  cela nous évitera aussi toute manipulation politicienne car en ce moment- là,  on maitrisera la situation » explique-t-il.
 Redonner la confiance à la CENI
Ces jeunes réunis  sont rassurés des explications de la CENI sur cette machine à voter, que certains politiciens ont nommé machine à voler, ils estiment que c’est une mauvaise interprétation  pour compliquer d’avantage le processus électoral en cours,  Gabriel Paluku donne son impression par rapport à la compréhension cet engin « ma première impression vient du jour où j’ai  suivi avec intérêt les explications de la machine à voter, au début j’étais pessimiste car je pensais que c’est un cheval  d’étroit cette machine, mais  voyant comment  ça fonctionne, je recommande à mes pairs  d’éviter les spéculations sur cette machine » déclare-t-il en poursuivant qu’entend qu’intellectuel , il ne voit pas comment on peut tricher avec cette machine car elle n’a pas un serveur central, une simple imprimante pour imprimer les bulletin de vote. En plus, dans tous les bureaux de vote, il aura des témoins et des journalistes pour suivre à la loupe le vote.  Il appelle les politiciens qu’ils qualifient de véreux, de laisser à manipuler la jeunesse qui a été toujours  une victime collatérale dans leurs  guéguerres. Un match amical de Foot ball  entre les jeunes et les militaires au stade de l’unité  a clôturé  cette cérémonie dans un climat bon enfant.
Norbert Mwindulwa

Input your search keywords and press Enter.