RDC : La nomination de Roger Kibelisa par Félix Tshisekedi n’envoie pas un signal de rupture avec l’ancien régime

La présidence de la RDC a lancé plusieurs annonces à la Télévision Nationale Congolaise mais, beaucoup de congolais attendaient les annonces des libérations prochaines des opposants politiques. Sept cent personnes attendent ces libérations imminentes. Des libertés conditionnelles  et des grâces accordées par Félix Antoine Tshisekedi. Curieusement les principaux opposants sont toujours détenus à l’heure actuelle. D’autres sources affirment que cette libération pourrait intervenir aujourd’hui.
Ce même mercredi soir à la RTNC on a appris aussi une promotion  de l’équipe présidentielle au poste d’assistant au conseiller Spécial de Chef de l’Etat en matière de Sécurité, l’une des personnalités visées par la sanction économique de l’Union Européenne en est promise. C‘est Roger Kibelisa, il vient d’être nommé assistant du Conseiller spécial du Chef de l’Etat  en matière de sécurité. Cette annonce a été lue  à la RTNC  le mercredi  soir. Ce haut responsable  de l’Agence Nationale de Renseignement ANR,  est l’un de 14 Congolais qui sont  dans le viseur  de sanction de l’Union Européenne.
De quoi sont-ils reprochés ?
Ils sont reprochés dans la répression des manifestations  des congolais opposants entre fin 2016 et 2018.  Particulièrement l’actuel assistant à la sécurité présidentielle est accusé  pour participation à des campagnes d’intimidations  contre les membres de l’opposition, arrestations arbitraires et détentions  illégales  des opposants  entre autres  des griefs qui lui sont reprochés. Visé par le gel des avoir et une interdiction  de voyager en Europe, ces sanctions  prises le 12 décembre 2016 ont été renouvelées l’année dernière  juste peu avant la présidentielle du 30 décembre dernier pour une durée d’un an. Cette nouvelle nomination  au poste d’assistant au conseiller de sécurité, François Beya, l’ancien DG, lui aussi de la Direction Générale de Migration qui a été également promis par  le nouveau président de la RDC  n’envoient pas des signaux  de rupture avec l’ancien régime, mais bien au contraire  une rupture que les Européens visée  et intoxiquée déjà certains congolais.  L’exemple le plus récent, en déplacement hier au Kenya, le président Français Emmanuel Macron a à son tour  conseillé son homologue Congolais, Félix Tshisekedi à prendre son autonomie  vis – à vis du clan de Joseph Kabila, son prédécesseur.
Norbert Mwindulwa

Input your search keywords and press Enter.