RDC/Culture : le film  »FREDDY », d’Hervé Loyck Kipulu, projeté en avant-première à l’espace Bilembo ; production signée Renate Wembo

La salle haute de l’espace culturel Texaf Bilembo, dans la commune de Ngaliema, a été, en date de jeudi 30 mai, l’épicentre de la projection en avant-première du film uninominal « FREDDY » ; un film réalisé par Hervé Loyck Kipulu, sous la production de Renate Wembo et avec l’aide technique de l’entreprise de production audiovisuelle’ « Anankoy Pictures ».

 

 »FREDDY »’ est un film documentaire à thématique sociétale et d’une longueur de temps évaluée à 35 minutes durant lesquelles son réalisateur, Hervé Loyck Kipulu, qui l’a voulu quasi-totalement en lingala, évoque les trois dimensions de l’artiste visuel et sculpteur, Freddy Tsimba.

 

Il s’agit, foi sur la projection elle-même, de sa vie en famille, de sa profession en tant qu’artiste, avec en évidence ses oeuvres faites à base de matériaux de récupération : clous, clés, couteaux, fourchettes, machettes et autres, ainsi que de ses capacités illimitées qu’il présente à travers sa sculpture.

 

Par cette projection riche en couleurs locales, et visionnée durant plus de la moitié d’une heure, Freddy Tsimba est vu partagé entre sa vie privée, riche en péripéties, et sa recherche permanente tant de ses sources d’inspiration que de ses matériaux de récupération, à base de quoi il  matérialise son art.

 

La projection a été suivie d’un cocktail de presse et, celui-ci, d’un jeu de questions et réponses entre, d’un côté, le parterre des journalistes, toutes rédactions confondues, et, de l’autre, le jeune réalisateur, Hervé Loyck Kipulu ; Freddy Tsimba, son personnage central ; Renate Wembo, sa productrice, ainsi que monsieur Herman, qui était là en représentation de l’entreprise de production audiovisuelle Anankoy Pictures.

 

Les questions ont gravité autour, entre autres, de la raison du choix par Hervé Kipulu de la personne de Freddy Tsimba comme son personnage central, du pourquoi du lingala comme sa langue de communication, du comment ils ont réussi à surmonter les difficultés rencontrées et de bien d’autres paramètres.

 

Hervé Kipulu a justifié son choix de Freddy Tsimba comme son personnage central dans ce film par sa raison liée au fait pour lui d’avoir constaté en ce dernier un artiste dont les prouesses l’ont placé sur l’orbite internationale, avec prix et médailles en appui, pendant qu’à l’échelle de la République Démocratique du Congo, il passe relativement inaperçu.

 

Voilà ce qui justifie sa raison d’avoir choisi de braquer son projecteur de cinéaste sur ce grand artiste plasticien.

 

À propos du lingala, clarifie Renate, la raison est simple :  « C’est pour mieux vendre notre culture au-delà de nos frontières ».

 

Pour pallier aux barrières linguistiques qui pourraient poser obstacle à la compréhension du film, Hervé Kipulu a promis qu’il fera mettre au pied de l’écran des sous-titres en français ou en anglais, ça dépendra, lesquels participeront à la compréhension facile de l’oeuvre chez les non-locuteurs du lingala.

 

Pour ce qui est des difficultés rencontrées, Herman, l’homme de l’entreprise de production audiovisuelle Anankoy, a évoqué en premier lieu celles d’ordre technique auxquelles il a ajouté des tracasseries policières durant les tournages des opérations extérieures, mais aussi des incompatibilités des calendriers ayant eu lieu entre eux et Freddy Tsimba, qui était tous les temps entre deux vols d’avion.

 

À ces difficultés techniques, policières et d’incompatibilités horaires, Renate Wembo a joint celles liées aux nécessités financières ainsi que celles relatives aux heures d’attente chez les partenaires.

 

 »L’industrie cinématographique est en pleine renaissance. Nous avons d’énormes talents, mais en même temps nous avons des institutions en place, tant publiques que privées, qui ne nous accompagnent pas. Ce qui constitue pour nous un challenge énorme », plainte de madame la productrice.

 

 »C’est la matière première qui raconte ce film. Freddy apporte sa matière première qu’il expose à travers ce film, mais sa spiritualité, c’est ce qu’il partage avec nous », a-t-elle fait savoir.

 

Par spiritualité, il faut entendre ici le côté immatériel de ses oeuvres statufiées qui valent la peine d’être interprétées.

 

C’est non sans prise en compte, bien sûr, du fait que l’oeuvre d’art est polysémique.

 

Pour Freddy Tsimba (l’homme en l’honneur dans le rouleau de ce film) Hervé Loyck Kipulu et tous ceux qui lui ont prêté mains, à savoir : Renate Wembo et compagnie, ont fait un travail qui le rend fier de le montrer aux autres.

 

Il a saisi cette opportunité pour faire un appel au gouvernement congolais et surtout au ministre de la Culture et des Arts, à l’heure actuelle Yolande Elebe, qu’il prie de bien vouloir prendre en compte les oeuvres des artistes congolais, toutes disciplines confondues, qu’elle peut même se donner l’occasion d’acheter, en vue que soit  rempli le musée national. Et, c’est surtout qu’elle est elle-même, faut-il le rappeler, une femme de culture pratiquante, écrivaine de son état.

 

Soit dit à titre des notes d’usage que Hervé Loyck Kipulu est un jeune photographe autodidacte, passionné du 7è art où il est parmi les documentaristes de la nouvelle génération.

 

Avec  »Freddy », il vient donc là de signer son tout premier court-métrage documentaire.

 

Renate Wembo, sa productrice, est une femme passionnée de l’art et de la culture. Elle est comptée parmi les productrices de cinéma montantes de son pays, la République Démocratique du Congo, où elle ne se fatigue d’apporter sa fine expérience dans son industrie cinématographique.

 

Anankoy Pictures, pour ne pas la laisser passer inaperçue, est une entreprise de production audiovisuelle, comme indiqué ci-haut,  vouée à la promotion de la culture africaine, et surtout de celle au niveau de la République Démocratique du Congo,  à travers, bien sûr,  la réalisation de plusieurs œuvres artistiques

 

Saint-Germain Ebengo

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *