Professeur Justin Haguma : « la SAKIMA et la SMB doivent cesser d’exploiter illégalement les Concessions de la SOMICO »

Un procès oppose  actuellement  la SOMICO contre la SMB ainsi que la Société SAKIMA au Tribunal  de Grandes Instances de Goma. La SOMICO  veut être    remise  dans  ses Droits.  C’est la raison pour laquelle, elle a fait appel à la justice  et demande   droitement  un déguerpissement. Les activistes de Droits de l’Homme  appuient la SOMICO car  Ces biens appartiennent à l’Etat  Congolais et à sa population.   Un point de presse a été organisé  au bureau  de la SOMICO/Goma  ce 27 mai 2020.

le Bureau Provincial de la SOMICO situé à Himbi dans la ville de Goma

Selon le Professeur Docteur Justin Haguma, Directeur Provincial  de la Société   de l’Etat  Congolais  SOMICO ,  la Société Minière de Bisunzu  et à la SAKIMA   doivent  laisser libre leurs   concessions car  ces dernières occupent illégalement ,  depuis plus de deux décennies ces parcelles  de la Société très  reconnue  au Nom de la SOMINKI. Sauf changement de dernière minute, le Tribunal de Grandes Instances de Goma  devra se prononcer pour un jugement  en faveur à cette société de Droit congolais qui s’est vit exploiter malignement par ces firmes  privées.

SMB et SAKIMA  usent  d’une trafique  d’influence

le Prof Dr Justin , Directeur Provincial de la SOMICO éclaire l’opinion sur le procès qui divise sa société et ses bourreaux à Goma

En effet,  l’Ex-SOMINKI  a été dissoute  dans les années 1997  avec l’avènement du Mzee Laurent Désiré Kabila. Cette société se dissoute pour créer   l’Ex-SAKIMA  et l’Ex-SAKIMA sera décomposée  en 1998 pour créer la SOMINKI  à son tour. Ainsi donc, il aura  une passation civilisée entre l’Ex-SAKIMA et la SOMICO.  Elle va bénéficier d’un décret présidentiel  et jusqu’à ce jour, ce décret  demeure opérationnel.  Curieusement avec des rebellions qui se sont succédées  en RDC,  une SAKIMA fictive  va neutre  des toutes pièces  ,  s’est autoproclamée et a pris  place   au nom de l’Ex-SOMINKI  d’une  manière  frauduleuse   a expliqué le Directeur Provincial  Justin Haguma. Faisant foi à la justice de notre pays , la SOMICO a été  favorable  à Kinshasa   pour un procès  afin de réclamer ses droits de propriétés lui voler. Nos ministères de tutelles avaient écrits des documents justifiant  la propriété de la SOMICO a éclairé l’opinion , le Directeur Provincial Justin  : «  à cette époque, les Ministres et autorités du pays avaient écrits , mais comme  nos adversaires avaient une influence politique , ils n’accepteront pas cette décision » regrette-t-il en soulignant qu’actuellement avec un Etat de Droits  prôné  par le Président Félix Antoine Tshisekedi , nous sommes convaincus  que, nous seront remis   dans nos droits  fondamentaux afin de récupérer  nos biens des valeurs.

Juridiquement  SOMICO a déjà récupéré certains de ses biens  ailleurs

C’est le cas de la province du Sud-Kivu, précisément à Bukavu où la justice nous a restitué certaines de nos maisons notamment la centrale hydroélectrique… A ce jour  révèle encore notre source, qu’ils sont opérationnels   à Masisi  et à Walikale  dans leurs anciennes concessions qui n’ont pas été volées par  ces sociétés  précitées.   C’est une manière  de dire que , la  SOMICO  reste  pour  une droiture et une justice juste et  équitable  en faveur  de ces biens de l’Etat Congolais utilisés abusivement pendant plus de 20 ans par des tierces personnes, bien connues .   Le Directeur Provincial  Justin Haguma réitère,  de faire foi à la justice congolaise car  ces biens appartiennent à l’Etat Congolais  et peuvent être utiles que pour les peuples congolais en général et non à une poignée d’hommes qui  exploitent   ces biens  sans  profiter aux filles et fils dignes de la RDC : «  c’est une affaire qui est bien connue et au Ministère National de la Justice et à la Président de la République  de notre pays  et nous avons confiance à notre justice  » déclare-t-il tout en appelant  le Gouverneur de la Province du Nord-Kivu, Mr Carly Kasivita d’être très regardant  sur ce sujet.  Le Directeur Provincial de la SOMICO  a sollicité  l’appui  du Chef de l’exécutif Provincial  afin de restituer  à l’Etat Congolais ses  biens matériels

Il y a toujours  des intouchables en RDC

Par ailleurs ,  Dufina Tabu, activiste des  Droits de l’Homme   pense  qu’il y a  des gens bien connus qui  utilisent  les biens de l’Etat pendant plus de Dix ans   et  mettent   l’argent dans leur poche sans en être inquiétés :  « c’est inconcevables qu’il ait  des Gangsters qui utilisent les biens de l’Etat comme les leur  et continuent  à en abusé sans être inquiétés par la justice et l’Etat n’en gagne rien » fustige-t-il en soulignant qu’une société dirigée par deux ou trois personnes pendant plusieurs années, s’ enrichie au détriment de la population pourtant l’Etat pouvait créer  de l’emploi là-dessus et pour la jeunesse et pour   la République entière.  Le Président de l’ASVOCO regrette le fait  que,  ces sociétés qualifiées des fictives, exploitent  ces biens connus de l’Etat  et continuent  à revendiquer  leur exploitation comme s’ils en avaient les Droits.  Il  plaide pour  un jugement équitable dans cette affaire opposant la SOMICO et la SAKIMA  qui  pourra chuter par une enquête minutieuse afin  d’établir la vérité et en faire profiter à la population Congolaise. Ce souhait  a été marié par celui du Prof Dr Justin Haguma  qui demande à son tour   d’avoir l’égalité de chance  dans l’exploitation des mines , utilité et processus du développement de la province du Nord-Kivu. Nos efforts ont été vains lorsque nous avons  tenté d’avoir le deuxième son de close de la partie mise en cause. L’affaire reste donc à suivre …

Norbert  Mwindulwa

Input your search keywords and press Enter.