Patient Bashombe : « La société civile de la RDC s’est veut militante pour la cohésion nationale ».

Le Coordonnateur provincial de la société civile du Sud-Kivu, Patient Bashombe est revenu de Kinshasa  ce dimanche 31 mars 2019.  Il est allé en mission  de service  pour chercher des voies et moyens afin  rétablir la cohésion sociale et nationale après  les élections du 30 décembre 2018. Ils ont aussi proposé quelques solutions pour que la CENI devienne neutre en RDC. Il l’a dit à la presse ce  lors de sa descente dans l’avion à l’aéroport International de Goma. 
A en croire le président de la société civile du Sud –Kivu, il s’est avéré que, plusieurs communautés se sont senties frustrées  après ces élections du 30 décembre dernier. Certaines  menaces pèsent sur la cohésion sociale nationale d’où l’importance d’une réunion avec les décideurs du pays pour chercher  les voies et moyens. C’est la raison qui les a poussés à se réunir à Kinshasa dans le but   de prévenir cette situation.
Une déclaration finale a été lue
Une déclaration finale  de toute la sociale civile de la RDC a été écrite pour  la construction de cette cohésion nationale : «  je lance un appel vibrant à toutes les forces vives de notre pays pour que nous puissions rétablir notre unité nationale » souhaite-t-il en poursuivant que c’est le cas du sud Kivu où une communauté estime que cette province soit divisée en deux. Tout cela, c’est de la  frustration postélectorale  car les congolais n’ont pas  raison,  de diviser la province  ou notre pays.  Patient Bashombe appelle les médias et la société civile de travailler ensemble pour que  cette cohésion sociale et nationale soit démise.  Plusieurs recommandations ont été présentées à l’actuel chef de l’Etat, Félix Antoine Tshisekedi  en ce qui concerne la réforme de la CENI et sa refonte.  C’est par exemple  que, de la CENI soit nettoyée tous les politiciens, ainsi elle pourra reste un organe technique d’appui à la démocratie  et à son sein que, les techniciens électoraux  et les personnalités indépendantes de la société civile puissent composer  cette structure citoyenne.  La Société civile de la RDC, composée de ses noyons provinciaux sont afin aller travailler avec le Procureur Général de la République envie de lui proposer quelques pistes de solution  touchant ainsi aux enquêtes de la corruption.
La société civile doit collaborer avec la justice
La force vive de la RDC a estimé  qu’elle entretienne de la bonne relation avec les décideurs de la justice de notre pays afin de collaborer et venir à bout de la corruption. Patient avance ses arguments «  pour nous, les enquêtes de la corruption ne doivent pas se limiter à l’environnement électoral, elles doivent toucher d’autres secteurs de la vie sociale  notamment les secteurs public-privé et ses acteurs  qui se démarquent par les malversations financières et les détournements de fonds public de l’Etat, la corruption et concussion »  insiste-t-il.
Anael Mwindulwa

Input your search keywords and press Enter.