Nord-Kivu : Promouvoir les Droits économiques de la Femme, c’est l’objectif de l’atelier qu’a organisé le CDE en y associant les experts du Gouvernement et la Société civile à Goma

0 Shares

Selon Espoir Bindu, le Directeur Exécutif  du Centre pour le Développement  des Entreprises  CDE en sigle, la  réunion  de  ces  différentes personnalités est justifiée par le fait qu’ils veulent matérialiser les idées qu’ils ont eu, celle de la mobilisation  communautaire. Le CDE étant organisation  sur les recherches,  se basant sur le Droit économique, la Liberté  économique. Cette année, le CDE s’est  borné sur les Droits économiques de la Femme. Espoir Bindu en parle : « L’atelier d’aujourd’hui vise à relayer nos  messages  à une couche sociale très grande   de la RDC dans le but d’atteindre les experts  du Gouvernement de la République »  explique-t-i en soulignant qu’il sait bien que,  toutes les  lois de la politique publique sont établies par  ces experts  du Gouvernement ainsi que les législateurs.

Des participants à Goma


Le CDE a atteint sa cible   
C’est la raison pour laquelle le CDE les a ciblés , notamment, la Police des Frontières,  les agents des services des assiettes fiscales dont la DGRNK, DGRAD, DGDA et DGI , la Société Civile, les experts du Gouvernement Provincial ainsi que les élus provinciaux…Dans  cet atelier, ils ont parlé des droits économiques de la Femme mais aussi  de  sa situation qu’elle traverse , dénoncer les défis économiques de ces femmes entrepreneures , les ménagères  et … afin de chercher à initier certaines réformes en leur faveur.  C’est par exemple l’année dernière, son organisation, le CDE était en train  de travailler sur le projet ‘’Humeme Bila Kodi’’ est une campagne des fournitures en courant électrique avec exonération des  taxes. Celle-ci est parvenue atteindre le Président de la République  et son premier-ministre. Sa réforme a été effective le 24 décembre 2021 par le Chef de l’Etat, Félix Tshisekedi, grâce aux relais  des multimédias, du CDE et d’autres parties prenantes  de la communauté qui accompagnent cette organisation dans  cette lutte.

Espoir Bindu explique aux participant l’objectif de cet atelier


Le CDE veut faire bouger les lignes

No comment!


Ainsi, le Gouvernement de la République pourra être incité à prendre des reformes  publique régissant  les Droits économiques de la femme. Directeur Exécutif du CDE a tenu à remercier  les participants ainsi que la presse qui ne cessent   de venir appuyer son organisation  dans cette démarche.  Au finish, le CDE et ses participants ont adressé des recommandations se basant sur les résultats de cette étude qu’il a menée parmi lesquelles, le Gouvernement Congolais devra initier des réformes contre toutes ces barrières juridiques  de la Femme.
Bannir les us  et coutumes et recadrer  nos lois
Parlant des barrières juridiques, Espoir Bintu  voit les coutumes, les normes sociales qui freinent la femme malgré l’existence des lois, mais dont plusieurs couches de la société, c’est cas des églises qui continuent à croire que la femme n’est rien pourtant , c’est elle qui nourrit la famille  sur le plan économique. il parle de  la deuxième recommandation : « Nous avons  suggéré au gouvernement d’instaurer une mesure discriminatoire  favorisant les entreprises féminines  de la femme. Que le gouvernement arrive  par le biais du ministre des finances à exonérer les taxes  pour toutes les firmes des femmes pour une période donnée » souhaite-t-il en soulignant que, cela, permettra à ce que cette dernière  se sent capable de progresse sur le plan économique. Des participant à cet atelier ont  promis  de faire bien de leur mieux pour accompagner la vision du CDE, c’est le cas de  Amani Dunia, Président du COEXI , qui a promis de poursuivre la promotion de l’image positive de la femme  au sein de son organisation  à l’instar  d’autres  structures  présentes à cet atelier.
Norbert Mwindulwa  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.