Nord-Kivu : L’honorable Josué Mufula propose l’application de la peine de mort aux assassins qui endeuillent la ville de Goma

0 Shares

La criminalité bat son plein en ville de Goma et ses environs.  Selon  l’élu de Goma, Josué Mufula, il ne peut plus  se passé  deux jours sans  que sa base électorale n’enterre les leur.   Oui, cet élu a pleinement raison car il y a peu,   la semaine dernière, deux jeunes ont encore succombé de la méchanceté  des bandits à mains armés  dans les  quartiers de la  ville de Goma. Cette situation inquiète tellement cet élu et en dénonce avec  sa dernière énergie.

Hon. Josué Mufula avec l’un de ses pères idéologiques , l’Hon. Aboulay Ndombasi d’heureuse mémoire


A cet effet, il vient de mettre en cause la responsable partagée  des autorités  de la place .   Très en colère,  l’honorable Josué Mufula  appelle  les autorités sous l’Etat de Siège à agir  au plus  vite que possible  pour que, cette situation trouve  une solution  plus définitive. : «  Il n’est pas normal que des civiles sans défenses  puissent régulièrement   mourir   alors que nous    sommes sous Etat de Siège » dénonce-t-il  en poursuivant que le Chef de l’exécutif Provincial est un militaire comme le maire de la ville, un policier  de haut rang.
Hon. Josué ne va plus voter la prorogation  de l’Etat de Siège
Cet homme d’Etat  promet à cet effet, de  ne  plus  voter la prorogation de l’Etat de Siège  dans les provinces de l’Ituri et celle du Nord-Kivu.  Josué Mufula  pense que l’ancien pratique de la peine de mort  pourrait diminuer  cette courbe des criminalité dans sa ville natale  et sa province , le Nord-Kivu ; «  Si l’on mettait la main sur un criminel  , c’est mieux  qu’il soit  pendu  au stade  de l’unité  et cela publiquement  pour servir des leçons aux autres bandits de grands chemins  » se défoule-t-il  en soulignant qu’on puisse  appliquer la peine de mort , facilement , cela  peut  donner peur au ventre à ces bandits  et l’insécurité devra prendre fin .
La peine de mort, une solution  pour tous çà
Il pense aussi que,   nos autorités miliaires sont –là, lui –même  a servi  sous le drapeau  comme soldat du peuple : «  c’est mieux pour moi que ces bandits tués au vu et au su de tous  et qu’ils mis hors d’Etat de nuire ». A-t-il insisté dans sa langue vernaculaire, le Swahili.  Il faut dire que, la ville de Goma est redevenue  comme un  champ de batail  où il se passe plus deux jours sans  que ces hommes sans foi  puissent prendre de force la vie d’un innocent   et cela, sous l’œil impuissant des autorités  de la place.   Des cambriolages ciblés sont aussi enregistrés régulièrement  comme des assassinats. Les derniers cas en date , ceux   du dimanche  16 janvier 2022  où, ils ont parvenu à assassiné un jeune musicien de Goma comme sous le nom de  Black S  , Séraphin Kagheni et  un jeune diplômé d’universités  exécuté  à bout portant devant la parcelle familiale  le lundi 17 janvier en cours  par des hommes non autrement identifiés.  L’honorable Josué Mufula  s’en inquiète et  réagit  contre cette augmentation de criminalité en ville de Goma
  Patrick Félix Abely

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.