Nord-Kivu : L’Etat de Siège célèbre sa première année d’existence sur fond des avancées très significatives

0 Shares

 05 Mai 2021, 05 Mai 2022, cela fait exactement une année  depuis que  l’Etat de Siège a été instauré au Nord-Kivu et en Ituri.  Le Porte –parole du Gouverneur Militaire Constant Ndima en a parlé. Le Général de Brigade Sylvain  a dressé un bilan encourageant  des efforts fournis par les  FARDC et   le Gouvernement militaire. Cela, sur plan sécuritaire et du développement  de la population. Il pense que, lever l’Etat de siège, ce n’est pas se soucié du sort de la population du Nord -Kivu ,  comme de milliers des congolais  soutiennent aussi que,  les FARDC restent notre dernier rempart   pour ramener  une  paix durable  à l’Est de la RDC.

les FARDC sur des lignes de front au Nord-Kivu

Emergence Plus : Bonjour Mon Général Sylvain Ekenge !

Général Sylvain Ekenge : Bonjour Mr le journaliste

Emergence Plus : une année depuis l’instauration de l’Etat de Siège  au Nord-Kivu, comment évaluez-vous l’action des autorités militaires  à la tête de notre province ?

Général Sylvain Ekenge : il s’observe  des avancées significatives, des résultats palpables dans les domaines  de la sécurité, des opérations militaires  et du développement de notre chère  Province, le Nord-Kivu. Sur le plan sécuritaire, la Police et les services de sécurités ont travaillé d’arrachepied  pour ramener le calme dans les grandes agglomérations  ainsi que dans les trois villes de notre province.  Sur le plan opérationnel, tous les sanctuaires  des ADF  ainsi que des groupes armés  sont occupés par l’armée régulière, les FARDC.

Par exemple à Masisi et dans le Walikale, les FARDC ont pratiquement nettoyé  les deux territoires, il fallait basculer dans  le territoire de Nyiragongo  pour combattre les FDLR et d’autres groupes armés écumant le Parc National de Virunga, mais malheureusement, il y a le M23 qui  a surgie de nulle part.

Dans les territoires de Beni et de Lubero, les FARDC ont travaillé et y travaillent encore et à ce jour, nous sommes en opération conjointe avec l’armée Ougandaise ; l’APDF. Le gros des ADF  a fui et ont  migré dans la province voisine de l’Ituri.  Dans le Beni, il  n’y reste que des postes de résistance  et nous planifions les opérations pour s’en occuper.

Emergence Plus : Aujourd’hui  à quel pourcentage pouvez  quantifier  la capacité de nuisance  des ADF  dans le territoire de Beni  et par la suite, la rébellion du M23, dans le Rutshuru ?

Général Sylvain Ekenge : Nous sommes des militaires et nous ne pouvons pas  quantifier la menace en termes   des chiffres ou pourcentages.  Je peux vous affirmer que dans le secteur opérationnel SUKALA 1 , il y a des ADF  qui opèrent à un petit groupe  en attaquant dans des villages isolés , des personnes qui  vont aux champs  , c’est là où ils tuent des populations.  Je dois vous réaffirmer que notre  mission, c’est de ramener la paix quel que soit le niveau  de nuisance que peut avoir l’ennemi. Dans le Rutshuru, nous devons ramener la paix  et nous ne laisserons aucun centimètre du territoire national  soit occupé par un quelconque groupe armé.

Emergence Plus : quelle est la situation actuelle à Tchanzu et à Runyonyi ?

Général Sylvain Ekenge : c’est depuis un certain temps à cause des concertations de Nairobi, il ya  eu un cessez-le feu qui a été décrété puis violé volontairement par le M23. Ceci a nécessité la réaction prompte des FARDC  et nous avons récupérés certaines positions. Nous nous préparons pour que tout soit remis à l’ordre  dans le Rutshuru.

Emergence Plus : l’Etat de Siège rime avec le développement et avons vu le Chef de l’Exécutif Provincial amorcé les travaux des certaines  routes d’intérêts générales  et infrastructures au profit de l’administration publique. Mais  certaines bouches parlent que vous êtes là  pour la quête de la paix contre les groupes armés  et non  s’occuper plus des routes. Qu’est-ce que vous en pensez ?

Général Sylvain Ekenge : Sans infrastructures  ni route, il  nous sera impossible de mener des opérations. Les routes réhabilitées nous facilités les opérations militaires sur le terrain, les ravitaillements de nos éléments  sur les lignes de front  ou en profondeur. Ceux-là qui disent qui pensent nous ne sommes pas là pour développer notre province, se trompent sur toutes les lignes et ne savent pas lire  les textes régissant l’Etat de Siège.  Cela ne veut pas dire que le gouverneur militaire est là que pour des opérations, mais aussi pas comme tout autre gouverneur pour s’occuper de l’administration et du développement de la province.

Emergence Plus : vous savez que le Gouverneur Militaire est le responsable numéro un de ces opérations et en cas d’échec, c’est bien lui, le responsable  de ces échecs ?

Général Sylvain Ekenge : les responsabilités sont partagées  car il est le commandant des opérations. Il fait tout pour qu’il n’y pas d’échec. C’est à nous tous  de collaborer  avec notre armée  pour la faciliter sa tâche.

Emergence Plus : Des voies se lèvent exigeant la levée de l’Etat de Siège car selon eux, vous n’avez pas atteint des objectifs assignés par ses animateurs.  Avez –vous quelle réaction à ce sujet ?

Général Sylvain Ekenge : il ya plusieurs missions  qui sont arrivées à Goma et à Beni pour évaluer l’Etat de Siège au Nord-Kivu. Ces derniers ont fait le constant que le travail est fait.  Sachez que, le jour où  le commandant suprême décidera de mettre fin à l’Etat de Siège, ce même jour, le Gouverneur Militaire et ses collaborateurs vont faire leurs valises pour regagner la ville province de Kinshasa.  Je me demande, ceux-là qui demandent la levée de l’Etat de Siège, est-ce qu’ils se soucient vraiment du sort  de la population  ou ils ont  d’autres  centres d’intérêts ailleurs ?

Propos recueillis par Norbert Mwindulwa  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.