Nord-Kivu : les FARDC appellent les journalistes à soutenir les efforts de l’Etat de Siège pour que la paix et le développement suivent le pas

Le Service de la Communication des Forces armées  de la République a  sensibilisé la presse de Goma   sur l’importance de l’Etat de Siège en province,  sollicité leur  accompagnement  dans ce cadre, donner aussi ses avancées et  ses défis liés à cette période exceptionnelle. Cela s’est fait  lors d’un café de presse  organisé à l’UNPC  par le Lt. Colonel  Guillaume Ndjike Kahiko, Directeur de la cellule de Communication de la34e région militaire.  Cet officier a eu des assurances de ses confrères journalistes sur cette question. .

No comment!

D’entrée de jeu, le Lt. Colonel Ndjike Kahiko a expliciter ce qu’ ‘est- ce l’Etat de siège décrété par le Président de la République Félix Tshisekedi afin  de remplacer  les autorités civiles par  des militaires et policiers, ainsi  imposer  la paix dans  les provinces concernées par  cette situation exceptionnelle : «  je suis venu rencontré les chevaliers de la plume que vous êtes, avec vous , essayons d’ échanger  sur l’Etat de Siege , où en sommes- nous ? Quel  est son bilan ? » s’explique-t-il en interpellant ses collègues de la presse de faire bien son travail , qui est la récolte des informations, le traitement et la diffusion de celles-ci., tout en sachant qu’au-delà d’être journaliste, on  est congolais et on doit avoir une  dose patriotique pour accompagner  l’unique et la seule armée  que nous avons en RDC.

L’Etat de Siège vise la paix

Le Colonel Ndjike sait pertinemment que l’Etat de Siège doit apporter aux congolais la paix  sans laquelle, les journalistes ne peuvent pas non plus bien travailler, d’où  la nécessité de l’implication de tous  , même si , dans cet Etat de Siège, les premiers acteurs  ou animateurs , restent les policiers et militaires qui  doivent réussir leur mission par la complicité de l’accompagnement de tous les congolais , notamment les  professionnels des medias. : « Il est vrai que les policiers et les militaires sont les premiers animateurs de cet Etat de Siège de par la volonté de la hiérarchie et de la constitution  de notre pays, mais car cela ne tienne, la paix reste  l’affaire de tous »  insiste-t-il.  C’est dans cet optique que l’officier supérieur Ndjike Kahiko a tenu  a rappeler  à la conscience de ses concitoyens journalistes   de venir mettre leurs pierres à l’édifice, qui est la  paix en  travaillant selon ce que  exigent  leur métier tout en y ajoutant une dose  de patriotisme et de responsabilité sociale  des journalistes  dans  l’exercice de leur métier qu’il a d’ailleurs qualifié de ‘’noble’’.

Les FARDC ont un bilan élongé de l’Etat de Siège

L’objectif  dans cette démarche, c’est que,  et les journalistes et l’ensemble de la population concernée par l’Etat de Siège puissent  accompagner cette vision  de pacifier l’Est de la RDC. Le Colonel Ndjike a parlé d’un bilan mi-parcours pas moindre de l’Etat de Siège, il a souligné que  les FARDC ont récupéré  plusieurs localités jadis occupées par les groupes armés avec à la clé  six redditions   avec 800 éléments de ces groupes armés  quittant la brousse et 400 armes à feu, tous calibres récupérés  entre les mains  de ces bandits de grand chemin.

Norbert Mwindulwa 

Input your search keywords and press Enter.