Nord-Kivu : Le Président des déclarants en douane, Délliance Tsongo appelle les opérateurs économiques à ne contacter que, des personnes autorisées pour déclarer des marchandises

0 Shares

Tsongo Matata Délliance, Président Provincial des Commissionnaires en Duane  au Nord-Kivu a représenté sa structure  au forum d’affaires Ouganda –RDC  tenu en date du 6 au 7juin 2022 à Goma. Ce responsable des déclarants en province ne pense que ses collègues se trouvant au centre du bénéfice d’un opérateur économique,  doivent se conformer à la loi de la RDC. Aux commerçants de ne contacter que de vrais déclarants.  

«  Nous pouvons aller nous tous, acheter des marchandises à Kampala en  Ouganda , acheter au même prix , payer les mêmes dépenses liées au transport , à la manutention , mais arriver à la douane congolaise et rencontrer un déclarant formé et agrée  par l’Etat congolais , il va vous faciliter la tâche honnêtement » conseille -t-il en poursuivant qu’il y a aussi des usurpateur dans  cette profession , n’ayant pas l’éthique et la déontologie  professionnelle, il va vous rouler en farine en vous faisant engager des dépenses colossales qui n’ont rien avoir avec la déclaration des marchandises.

Dans ce métier, il y a de faux

Le Président des déclarants au Nord-Kivu donne l’exemple d’un faux commissionnaire en douane qui peux vous demander 12 000 dollars à engager comme dépenses pour  payer des frais liés à la douane et pourtant ces frais-là, valent à 6000 dollars, donc  le commerçant  devrait  travailler en perte  de 6000 dollars Américains et cela, va se répercuter  sur le prix de revient de la marchandise vendue au niveau de Goma.  C’est une raison de plus que le numéro Un  des déclarants au Nord-Kivu conseille souvent aux commerçants de s’adresser  aux déclarants agrées par l’Etat congolais. : « Un déclarant ayant un numéro d’agrément, enregistré au niveau  de l’administration douanière, avec une adresse fixe et bien connue  par l’Etat Congolais. » conseille-t-il en ajoutant qu’il peut arriver qu’un déclarant  fait son boulot au niveau de Bunagana, mais dans le parcours de Bunagana jusqu’à Goma, les marchandises se perdent, la responsabilité revient au déclarant.

Il y a lieu de retracer l’usurpateur ou professionnel

A ce sujet, le commerçant va recontacter son commissaire naturel  non agrée et son numéro ne passe plus, en ce moment vous perdez  et l’argent pour dédouanement et pour la marchandise achetée, mais perdue. Des cas pareils sont légions dans ce domaine, plusieurs commerçants ont déjà perdu les marchandises  et n’ont pas eu gain de cause. Et si, c’était un commissionnaire agrée, il y a  lieu de faire un bon suivi et retracer les marchandises, même le commissionnaire en douane pour  être remis dans ses droits. Ces derniers sont connus et répertoriés  dans une liste  bien connue.

L’Association des déclarants à son bureau à Goma

C’est ici le moment d’informer les  opérateurs économiques qu’ils ont un bureau  connu publiquement par tous  et pour l’Association Congolaise des Commissionnaires en Douane qui est en face de la DGDA  et des éclaircissements seront fournis  à qui de droit. : «  Une fois arrivée à notre bureau, nous allons vous fournisseurs des adresses, des noms du déclarant en question  ou des personnes qu’il faut contacter pour remettre dans vos droits »  a-t-il insisté.

Au chapitre du  Forum d’Affaires des  Commerçants Ougandais et Congolais tenu à Serena Hôtel de Goma en ce mois de juin, le Patron des commissionnaires en douane au Nord-Kivu,  soutient que les opérateurs  Ougandais ne puissent pas avoir peurs   de s’engager avec leurs collèges congolais et aussi de contacter des personnes habilitées en RDC pour leur faciliter  la déclaration de leurs marchandises à des prix  qui suivent la nomenclature de l’Etat  Congolais.

Beaucoup de services pour rançonner les commerçants  

Mr Délliance dénonce également le fait que,  trop de services tuent le service : «  Vous pouvez voir une personne qui les accueille à Goma et  commence à vous  demander de la commission, le comptable d’ici le fait aussi. D’où, la nécessité de contacter une personne habilitée à le faire ».

L’unique et le seul  mécanisme  pour en faire selon Mr Délliance,  c’est de remettre  les déclarant en douane entre les mains de l’Etat congolais  car ces derniers payent des garanties entant qu’un commissaire en douane  et doivent être protégés comme tels. Sinon, c’est l’Etat de la RDC qui perd de plus  car cet argent amassé par des aventureux, ne pourra pas entrer dans le Trésor Public pour donner à l’Etat congolais  des moyens de faire sa politique pour sa population.

Norbert Mwindulwa

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.