Nord-Kivu: Délliance Tsongo appelle le Gouvernement à approcher la FEC et l’ACADE afin de trouver des solutions aux incendies des véhicules de leurs marchandises

0 Shares

Trois suggestions ont été données par  le Président des Commissionnaires en Douane au Nord-Kivu, Délliance Tsongo pour pallier aux problèmes de l’insécurité des commerçants et de leurs biens sur la route Kasindi-Beni-Butembo.  Délliance proposer une réunion conjointe avec les autorités, de relever les responsables militaires se trouvant à Bulongo et d’escorte de leurs véhicules transportant ces marchandises. Il l’a dit ce mardi 12juillet au Bureau Provincial d’ACADE au Nord-Kivu.

exemple typique de ces véhicules incendiés par des bandits à main armée

L’insécurité au tour la cité frontalière de Kasindi  et des véhicules des marchandises incendiés des opérateurs économiques du Nord- Kivu  ont  été au centre d’un point de presse ce mardi 12 Juillet 2022  qui a été animé par le Président Provincial des déclarants en douane  du Nord-Kivu. Selon Délliance Matata Tsongo,  leurs clients ne savent plus à quel saint se voué car au-delà de perdre les marchandises, leurs  long véhicules sont volontairement incendiés, ils perdent également  des fonds alloués à la déclaration  de douane ; Pourtant, aussitôt  déclaré la marchandise à la douane et dépasser la frontière Ougandaise pour  celui de la RDC, l’Etat devient responsable numéro Un  de leurs biens et leurs sécurités.

C’est incompréhensible, ces incendies des véhicules ciblés

«  Ce qui se passe à Kasindi est inconcevable car nous et nos clients traversons un moment très difficile , un camion des marchandises venant d’un pays étranger , arrive au poste transfrontalier de Kasindi , le commerçant  paie tout ce qui est droit de l’Etat à la dite marchandise, déclaration et ses taxes  et impôts» explique-t-il en poursuivant que,  lorsque,  la marchandise poursuit la route  pour le dédouanement , en cours de cette route précisément à Bulongo , elle sera brûlée  et les véhicules calcinés et consumés par le feu mis par des bandits à mains armées. Une chose perplexe qui fait étonné le numéro des Commissionnaires en Douane au Nord-Kivu  car  disait-t-il Bulongo reste une cité   à part entière : «  Comment se fait-il que dans la cité,  des véhicules  des marchandises soient brûlés  pourtant cette cité  à des responsables de la sécurité qui y vivaient , militaires et policiers y sont et une administration publique  et ça se brûle souvent pendant la journée »  s’étonne-t-il.  Ce responsable  des Commissionnaires en douane  reste tout de même  stupéfait par le fait que,  la marchandise consumée par le feu, elle a payé toutes ses taxes et impôts et mêmes les véhicules en paient le même sort. : «  L’exportateur perd l’argent qu’il avait en main dont il a payé des taxes et impôts, il perd la marchandise  et son moyen de transport » se désole-t-il.

Ils ont entrepris des démarches pour des solutions idoines

A cet effet, La Fédération des Entreprises du Congo, FEC en sigle a écrit une lettre le 11 juillet encours  pour dénoncer le calvaire que traverse ses membres  et décide d’arrêter les importations  via la douane de Kasindi.  La FEC Kasindi a réagi pour cette lettre réservant une copie à ACADE  et à partir de ce jour, plus des déclarations des dépôts des marchandises à Kasindi. Comme l’argent n’aime les bruits des bottes  disent les sages, l’Association des Commissionnaires en Douane via la bouche autorisée de son Président, Délliance Tsongo Matata  plaide  pour  que l’Etat congolais vienne à leur secours car ils  ont tous, rédigé  des lettres  aux autorités, mais aucune réaction quant à ce. : «  Nous demandons au Gouvernement d’approcher la FEC et l’ACADE  pour leur proposer des pistes de solution en termes de sécurisation des marchandises déclarées, que le commandant de la cité de Kasindi soit relevé de cette entité et tout son staff car ils ont certaines   responsabilités sur la perte des marchandises  et véhicules des commerçants » propose-t-il en d’ajouter que, nous demandons que, l’Etat organise des escortes militarisés  de nos véhicules  des marchandises en contre partie des taxes et impôts que nous payons pour  soutenir nos forces armées et la politique du pays, parce que,  les moyens que nous mettons à leur disposition via ces taxes achètent des tenues militaires, armes et  facilite   la mise en œuvre de leur  politique  pour l’amélioration de vie de la population,   construisent  des routes et d’autres. : «  Il y a les FARDC, la MONUSCO, UPDF et UCCN   qui sont dans la zone et autour de cette cité-là,  ces soldats ne peuvent-ils pas accompagner  nos véhicules des marchandises de Kasindi, Beni jusqu’à Butembo ? » s’interroge-t-il.

Il faut dire que,  cette dernière proposition d’escortes des marchandises  se faite  déjà à travers les routes qui mènent  Beni – Bunia,   Kanyabayonga –Kiwandja, l’axe Ishasha- Kiwandja  et les résultats aujourd’hui restent  très  positifs car il n y a plus d’incidents sécuritaires.

Rédaction générale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.