Nord-Kivu invalidation de la Cour Constitutionnelle en RDC : Prince Mundenga se décide d’aller prendre de force son siège à l’Assemblée Nationale

Très déterminé et très en colère, le candidat malheureux à la députation nationale du 30 décembre dernier tape la main sur la table  et se dit partir  récupérer de force son siège à la chambre basse du parlement national. Il a dit avancé que,  la Cour ne peut  jamais se contredire en cette matière c.-à-d. validé et puis invalidé un élu du peuple. Il s’est prononcé à l’aéroport de Goma peu avant son départ pour Kinshasa en présence des Journalistes.

« Je suis motivé par notre constitution dans son article 168, je vais à Kinshasa pour siéger à l’Assemblée Nationale  étant que député élu de la ville de Goma. Nous devons avoir le souci de voir changer les choses dans notre pays et non rester les mêmes,  un état gangster » déclare-t-Prince Mundenga, Candidat malheureux aux élections du 30 décembre dernier.  en effet le concitoyen Prince Mundenga  avait postuler comme candidat  député national au compte de le FCC  et s’est vis validé après les arrêts de la Cour Constitutionnelle en défaveur du député national Patrick Munyomo,  du FCC également , élu   au compte de l’AFDC et Alliés.  Le candidat  Prince Mundenga était allé en Juin dernier à Kinshasa pour récupérer ce qu’il qualifie de son siège, mais arrivé sur place, la Cour Constitutionnelle a revu ses décisions,  invalidé Prince Mundenga en faveur du député national Patrick Munyomo qui était déjà  membre actif au sein de l’Assemblée Nationale. 

Ses arrêts prêts à confusion

Cette institution de la République avait qualifié  ce malentendu d’une erreur matérielle rectifiée par cette Cour la plus Indépendante que notre pays ait jamais  connue. A la veille de la session  ordinaire à la chambre basse de l’Assemblée Nationale,  Prince Mundenga dit avoir encore le document qui le confirme comme nouveau député national  pour le compte de la ville de Goma et aucun autre document ne lui ait été donné pour contester  sa confirmation , il en parle plus « l’ article 168 me donne le pouvoir d’aller siégé à l’hémicycle  de l’Assemblée Nationale et aussi la loi  nous  dit ,  qu’il ne peut pas y  avoir deux arrêts  donnés par la Cour et même le président de la Cour n’est pas au-dessus de la loi »  s’indigne-t-il en poursuivant que,  si nous constatons que ,  notre pays est dirigé par des handicapés mentaux , il faut les déboulonner  car ils donnent deux arrêts aux deux personnes différentes, ça ,c’est vouloir mettre le feu dans la demeure et déchirer le pays de Patrice Lumumba et Mzee Kabila.

Il appelle ses électeurs au calme

  J’appelle ma base électorale de Goma à rester calme, j’y vais pour réclamer mes droits les plus légitimes  de les représenter  à ce niveau-là «  ne faites pas des bruits  ni bruler des choses car la vérité est têtue » insiste-t-il en soulignant que l’article 62 de la constitution congolaise rappelle que, personne n’est au-dessus de la loi, même le président de la République et celui de la Cour Constitutionnelle.

Victoire Mulliwavyo.

Input your search keywords and press Enter.