Nord-Kivu : Garantir la Justice et restaurer l’Etat de Droits, Des Juristes, Magistrats et Scientifiques, au cœur d’un colloque interrégional des Pays de Grands Lacs à Goma

Ouverture officiel du colloque  sur la coopération entre  les acteurs Judiciaires  du Rwanda, de Burundi et de la République Démocratique du Congo ce jeudi 04 Novembre 2021 à l’hôtel Serena  de Goma.  Ceci, c’est dans le but  de la lutte contre les crimes graves dans les pays de Grands Lacs. C’est le Vice –Gouverneur, le Général   Romy Ekuka qui a lancé officiellement  cet atelier de deux jours.

photo souvenir du jour

Ces Juristes, Professeurs en Droits  et Magistrats  ont deux jours  des travaux instances pour présenter discuter   et  tenir des  ateliers  dans le but de contribuer à la matérialisation de la coopération entre les acteurs judiciaires de ces trois pays  et amener les pays de la  Région de Grands Lacs à travailler   dans cette  noble lutte au bénéfice de leurs populations respectives. Abel  Ntumba, Bâtonnier de Goma   revient sur la raison de la tenue : «  nous     sommes optimistes   qu’un jour  nous parviendrons à pallier aux  conflits entrainant des violations flagrantes  des  Droits Humains dans  cet espace prendront fin et ce n’est  que le début. Les hommes politiques se réunissent  souvent pour prendre des engagements afin d’en finir avec cette insécurité, cette fois-ci ce sont des juristes, magistrats et scientifiques qui le font aussi  » insiste-t-il  et de continuer qu’ils vont homogénéiser leurs textes et lois, savoir ce qu’on peut améliorer,  copier du système de ces trois pays  pour traquer judiciairement les semelles  des troubles dans la Région de Grands Lacs.

en plein atelier à Serena Hôtel de Goma

Ce colloque tombe à point nommé

De son côté, le Vice-gouverneur qui a ouvert ses assises  soutient que,  c’est un honneur  couplé d’une fierté   de présider cette cérémonie  d’ouverture  car c’est sa province et sa ville de Goma  qui a été choisie pour abriter  ce rendez-vous scientifique. Le Commissaire Divisionnaire, Romy Ekuka   ajoute que,  la Région de Grands Lacs  a été le théâtre des affrontements, des exactions et violations des droits humains  depuis plusieurs années. : «  Des crimes internationaux, des atteintes  à la vie et à l’intégrité touchant les  peuples le plus vulnerables  et ceux-là n’ont pas laissé les autorités  de ces pays indifférents »  insiste-t-il. C’est la raison pour laquelle, des actions diplomatiques et politiques sont menées par  les autorités  de ces trois pays pour venir à bout  des exactions. La dernière en date est celle faite par la RDC permettant l’Etat de Siège en Province de l’Ituri  et du Nord-Kivu. Celle-là,  a comme objectif  de rétablir la paix et la sécurité  dans  la partie orientale  de la République Démocratique du Congo.

Sans une bonne justice, il n y a pas de paix

La RDC faisant ainsi partie des pays de la Région de Grands Lacs,  c’est pourquoi, pour avoir une paix durable dans cette région  donc,  il faut que la justice   suit ces action  car elle     élève  les nations : «  au-delà  de tous ces efforts, la poursuite     judiciaire  contre les auteurs de ces actes de barbarie  ont été mémés en dehors des frontières Etatiques ;pour plus de réussites, il est nécessaire de voir les acteurs judiciaires  de ces différents pays de la région de se liguer comme un seul homme  pour accompagner les volontés politiques  et diplomatiques des gouvernements  dans le but  mettre fin à l’impunité »   souhaite-t-il .

C’est une motivation de plus pour ces avocats, magistrats  et universitaires parmi lesquels, ils sont comptés pour des solutions durables. Il faut dire que ce colloque est Co-organisé par la fondation CORANE ADENUAIRE  et l’Association des Barreaux des Pays de Grands Lacs et   a pour mission  d’apporter des réponses exactes dans cette lutte commune contre la violence. Cela , dans le sens de réfléchir sur le rôle que joue  les acteurs judicaires  de nos trois pays sur  le cadre légale existant  ou envisagé  dans le but de faciliter leurs actions  et sur les propositions à   faire aux autorités  judiciaires des différents  pays concernés afin de mettre en place des outils  adaptés  aux réalités de la région  qui semble être identique. C’est de cette manière que seront garanties les Droits des victimes des crimes graves et  verront leurs souffrances  soient réparées  et que la population de la région sera protégée contre des potentiels  atteintes,  une manière de garantir la justice et restaurer l’Etat des Droits.

Norbert Mwindulwa

Input your search keywords and press Enter.