Nord-Kivu : Congo Peace Net Work met sur table les autorités politico-administratives, les services de sécurités et la Société Civile afin de palier à l’insécurité grandissante à Goma

0 Shares

Congo Peace Net Work  a organisé  ce jeudi  10 septembre 2020  à Goma   un débat citoyen.  Ces échanges ont tourné au tour du thème :’’ le rôle  des agents de l’ordre  dans la lutte contre  l’insécurité dans la ville de Goma’’. Ils ont avancé les causes qui provoquent cette insécurité et proposé des pistes de solution.  Quelques recommandations ont aussi suivi ces pistes afin de remédier  efficacement à ces problèmes.  Ce débat  a  deux jours   et  va se  poursuivre jusqu’à ce vendredi.

les participants lui prêtent oreille

 Le Chargé de Formation au sein de Congo Peace Net Work, Billy Mbuyi  a été explicite sur le sujet  du  débat  de ce jour et il est  revenu sur la quintessence   de ce sujet : « notre organisation a pensé comment réunir  les autorités politico-administratives , les agents de l’ordre dont la PNC et les FARDC  ainsi que la Société Civile afin  de discuter ensemble  sur les causes et les conséquences de cette insécurité dans la ville de Goma »  explique-t-il en poursuivant que , ces derniers vont pouvoir proposer des solutions durables à ces problèmes  afin d’instaurer une paix durable dans la ville de Goma.  Trois pénalistes ont été conviés à ses assises dont  un officier supérieur de la police, le Représente de la société civile  et un cadre de base.

Billy nous fait le point de la situation dans ces assises

Des causes sont nombreuses  

 Ces derniers ont énuméré séance tenante  quelques causes qui provoquent l’insécurité à Goma.  C’est comme par exemple Madame Monique Kabanza, une actrice et cadre  d’une structure d’encadrement des femmes   qui a parlé de cadre géographique de la ville de Goma, une  ville selon elle,  liée a un passé  particulier  couronné  des guerres en répétition. : «  Une ville entouré par le volcan Nyiragongo et le parc de Virunga de l’autre côté. Ce parc favorise la criminalité  car  les bandits de grands chemin commettent leurs forfaits en ville, une fois poursuivis, ils entrent dans le parc pour se cacher »  déclare-t-elle en d’ajouter que ,  les conflits intercommunautaires , liés au tribalisme , un peuple  d’une communauté veut à tout prie s’approprier tout au détriment des autres ethnies car elle pense qu’elle est majoritaire,  des conflits fonciers  provoquent aussi  des conséquences graves sur la sécurité des personnes et de leurs terres. Prenant la parole,  l’Inspecteur de la police,  le Commissaire Akilimali a quant à lui parler de manque de déontologie et d’éthique  de certains compatriotes policiers. Car certains parmi eux sont venus de mixages  avec les milices  venus des groupes armés, ils n’ont pas été formés  comme il se doit  et ne maitrisent pas la notion d’une police de proximité. : «  Certains pensent qu’entrant dans la PNC on va venir s’enrichir pourtant ici, on a le rôle  de protéger la population avec ses biens  et  se faire de l’argent, nous sommes au service de la population  »  se désole-t-il. De fil en aiguille,  le troisième intervenant a souligné que, les moyens financiers et logistiques ne suivent pas pour mieux sécuriser  cette population. Il a soutenu que la police  n’a pas assez des moyens de transport pourtant  l’étendue  de  sa juridiction de contrôle est si grande : «  la ville de Goma manque des véhicules pour effectuer des interventions rapides de sauvetage des populations civiles, une seule Jeep pour une grande agglomération  comme Goma »  fait-il savoir  et  de poursuivre  que l’impunité fait aussi mention de ces causes car  des bandits de grands chemins tuent ,  une fois amènent au parquet  et le lendemain , vous le retrouvez dans les quartiers en train  de commettre d’autres forfaits. Tous  ont conclu que  nous sommes victimes de l’insécurité  dans la ville de Goma.

les panélistes de Congo Peace NetWork

Quelques pistes de solution

ils sont là en train de débattre à Congo Peace NetWork

 Ces invités ont proposé  certaines pistes de solution pour venir à bout à cette situation  d’insécurité récurrente dans la ville de Goma.  Ils ont souligné que la sécurité des personnes et de leurs biens  est l’apanage de l’état congolais  d’où son  devoir et son obligation de protéger cette population.  L’état devant prendre des mesures urgentes  pour en faire face. Les autorités invitées à ces assises ont laissé entendre  qu’ils ont un programme de maintien  de sécurité en ville , mais c’est l’applicabilité qui pose problème. Ils ont le manque de moyens et financiers et logistiques pour faire bloque de l’insécurité ont-t-il fait savoir. Les personnes invitées ont aussi recommandé à l’état congolais de donner moyens conséquents à la police et l’armée, la Société civile doit aussi   sensibiliser la  population  dans ce sens  et collaborer avec la police pour dénicher les fauteurs des troubles qui vivent dans nos familles  afin de faciliter la tâche à la police.

Trésor Kamavu

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.