Le nombre des militants de la LUCHA arrêtés, revu à la hausse

 Ils ont été arrêtés ce  lundi dernier  par la police et leur nombre accroit.  Des sources du parquet des grandes instances  affirment qu’ils sont actuellement sept détenus  au cachot  de cette juridiction, mais l’un d’eux est actuellement  interné à Heal Africa.  Pour la LUCHA l’admission de l’un de leurs aux soins intensifs est liée aux coups et  blessures lui infligé par  police.
A en croire le procès-verbal de la Police Nationale Congolaise, les militants de la LUCHA est poursuivi présentement pour  la destruction méchante, menace  d’attentant, trouble à l’ordre public  et extorsion des biens de valeurs. Le  mardi 05 septembre en cours, le magistrat instructeur du dossier au parquet  des grandes instances de Goma,  est entrain de les auditionner pour  voir, si quels griefs seront retenus  à leurs charges. Parmi les manifestants tabassés, seul Gislain Muhiwa est  dans un état   critique  depuis le jour de leur incarcération.  Espoir Ngalukiye,  l’un des fidèles militants de la LUCHA  en dit plus « Gislain Muhiwa  a été torturé, tabassé par le colonel Job Alissa Alain. Quand on l’a  transporté au parquet, c’est le procureur qui a décidé  de son transfert à l’hôpital Heal Africa, voyant son état critique » explique-t-il et d’ajouter qu’ils demandent à ce que leurs collègues détenus aux cachots soient libérés. Notons qu’au cours de cette manifestation pacifique de ce lundi dernier, pendant que,  la LUCHA exigeait de la CENI,   le retrait de la machine à voter   et  du traitement ou nettoyage  du fichier électoral, nous apprenons que, quelques taximan de moto  en colère, auraient  caillassés la voiture privée du colonel Job Alissa, le commandant de la ville de Goma.  A la minute où nous rédigeons ce reportage,  le sort et le lieu de détention de ces motards restent inconnus
Norbert Mwindulwa

Input your search keywords and press Enter.