Kinshasa : L’ONG FWD propose des pistes de solution pour l’usage de la machine à voter

 Ils sont   15 points d’attentions, formulés par la Fondation West ministère pour la Démocratie, une organisation  Britannique,  à la CENI sur la machine à voter envie d’atténuer   des risques majeurs  de son utilisation. Cela s’est passé hier au cours de la cérémonie  de la présentation d’une étude sur  la fonctionnalité de cette machine et ce, à 95 jours de la tenue  des élections en RDC.
Pour Nadia Et Bianne Copra son,  respectivement  Directeur de la Fondation Ministère pour la Démocratie et consultant adjoint, il ne s’agit nullement de la certification de la machine à voter mais, des résultats d’une étude portant sur  sa fonctionnalité.  Une étude qui propose 15 points clés  d’attentions pour recommander  à la CENI d’atténuer  les risques dont l’impact  et la probabilité sont les plus  élevés dans l’usage de la machine à voter. Parmi ces recommandations, les experts  demandent à la CENI de désactiver  les communications externes  comme c’est les cas de la carte Sim et Wi-Fi   pendant la tenue des élections. Limiter les nombres maximums  des bulletins autorisés approximativement 600 bulletins par machines  par chaque bureau de vote. Avec  seulement une marge de 10%  conformément aux normes internationales. Autres  exigences,  s’assurer de la présence de nombres de témoins  de tous les partis politiques engagés dans la course électorale lors de compilations des machines dans chaque bureau de vote.  En réaction, le vice-président de la CENI, Norbert Kantitima  se félicite du travail abattu  par les experts et a justifié les choix de la machine à voter par les avantages  qu’elle procure.  Lors de ce débat, les avis étaient mitigés points démontrés par les experts.
Lambert Lambe Kevin/Kinshasa 

Input your search keywords and press Enter.