Ituri à Djougou : une nouvelle attaque où la milice CODECO tue 59 de leurs propres compatriotes

0 Shares

Plus de 50 personnes ont été tuées dans  une nouvelle attaque perpétrée par les éléments de la CODECO.  Selon notre source sur place, c’est dans la nuit de mardi à mercredi 02 février 2022   que ces meurtres ont été commis sous le site des déplacés de Pleine Savu, à près de 90 Kilomètres de Bunya dans le  territoire de Djougou.

Nous montrons cette image pour choquer et décourager les auteurs de cette barbarie humaine à Bunya


  
Selon maître  Jospin SAVO, avocat de la Chambre de conseil de la communauté Hema qui vous a livré ses informations, il a avancé le chiffre de 59 morts, c’est que confirme également des sources sécuritaires sur place à Bunya.  Parmi  les victimes, on compte plusieurs enfants blessés, décapités  par la machette  et dont certains  confirme aussi la société civile locale.  Pour Désiré Maludra, le Président de la Société Civile locale, il s’agit là  d’un bilan provisoire  car des recherches   se poursuivent  pour tenter de retrouver d’autres survivants
Des hôpitaux sont débordés.
Des sources médicales, les centres de santé de la place sont débordés et plus des places pour interner  et assurer des médicaments d’autres victimes de ces atrocités.  Dans une déclaration faite  à Kinshasa par des élus de Bunya, ces derniers appellent le Gouvernement de prendre en charge les victimes  internés dans ces centres hospitaliers et les obsèques de ceux-là qui en sont succombés de leurs blessures.  Ces politiciens sont allés très loin pour demander aux Nations Unies de  classer   les groupes rebelles CODECO dans le rang des terroristes.  L’honorable Jean-Claude Zadra  appelle ensuite  le Premier ministre Jean –Michel Sama Lukonde et les membres de son gouvernement de se rendre à Djougou  afin de réconforter les familles éprouvées : « Pour nous, c’est inconcevable qu’on vienne tué les civiles sans défense , des femmes et  enfants en majorité  et cela , dans un camp de déplacés, un   endroit sensé d’être protéger par ce statut  »dénonce-t-il en ajoutant  qu’il exige l’ouverture d’une enquête sérieuse  pour rétablir la vérité sur les circonstances qui ont occasionné les massacres de  ces congolais  .
CODECO soit qualifié comme des terroristes

les images parlent de soi…


C’est de cette façon –là, qu’il pense que,  ce qui se passe en Ituri, il faudrait que l’ONU  puisse classer la CODECO  sur la liste noire des terroristes car ce qu’ils sont en train de      connaitre  des pires massacres plus que les ADF  dans le territoire de Beni.  Nous avons tenté de demander  à l’avocat  de la Chambre de conseil de  la communauté Hema qui a été touché par ces tueries  lui aussi approuvé l’idée avancée par leurs élus, Maître  Jospin Savo  soutient que, c’est de cette façon que  , les rebelles de la CODECO peuvent  avoir peur  et être hors d’Etat de nuire  leur communauté. Celui –ci pense également que leur communauté est la cible   d’un nouvel génocide  orchestré par  la CODECO  et  d’autres.   Interrogé, Bintu Keita, la Cheffe de la mission Onusienne dit avoir condamné avec fermeté  cette nouvelle attaque contre des civiles se trouvant dans un camp des déplacés  de Savu  dans le Djougou.  Elle souligne que les casques bleus ont été dépêchés sur place pour stopper ces tueries et ont repoussé les ennemis de la paix en Ituri.
Pelix Patrick Abely  depuis Kinshasa  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.