Goma : Quand la femme devient victime du processus électoral

Les femmes de plusieurs plate-forme politiques  dénoncent ce qu’elles qualifient  des principes illégales  et discriminatoires sur lesquels  se baseraient les responsables des partis politiques  de la Majorité et de l’opposition politiques  sur l’alignement des candidatures  aux élections à la députation provinciale . Elles dénoncent  les clientélismes  et le favoritisme sur le choix  des candidats  au sien de leurs partis et regroupements politiques.  Ces dernières  exigent l’intégration des candidatures féminines  sur les listes avant la fin des dépôts des candidatures à  la CENI.  L’une d’elles , à l a personne de Madame Nehema Bikahilwira  du G7 et alliés  nous en dit plus «  nous sommes préoccupées par la manière de déroulement  de cette étape liée au choix et à l’alignement des  candidatures électorales par des responsables des partis politiques  de la Majorités comme de l’opposition politique qui s’appuient sur des principes non légaux et discriminatoires à l’égard de la femme en exigeant  des conditions contraires à la loi électorale » déclare-t-elle en continuant qu’elle est soucieuse de la faible représentativité de la femme dans  les instances  de prise des décisions , Nehema Bikahilwira exige aux responsables des partis politiques d’abord,  la réintégration des candidatures féminine  sur les listes électorales  avant la fermeture des dépôts à la CENI, aux femmes  ambitieuses et politiciennes, de n’est pas  marginaliser  en entérinant des décisions  de vos exclusions comme des candidates.
 Norbert Mwindulwa

Input your search keywords and press Enter.