Goma : Le PNMLS déplore de nouvelles contaminations de VIH SIDA, 2 315 personnes infectées et 138 cas des décès enregistrés au Nord-Kivu

0 Shares

Le Secrétaire Exécutif de la PNMLS  au Nord-Kivu, Aubin Mungili a été  ce mercredi 14 Septembre  2022 au Gouvernorat  pour trois points essentiels   dont  remplir son  devoir noble  de restituer les activités du premier semestre  qui  lui a été demandé par les services du Chef de l’Exécutif Provincial.  Il a parlé des causes à  la base de ces statistiques effrayantes, c’est  le relâchement de la prise des médicaments par les malades, l’influence de fausses prophéties de faux  pasteurs  d’églises de réveille et  des tradi-praticiens  trompant les malades  par leurs prétendues guérisons miracles.

 

«  Nous devrions lui tenir informer de toutes les activités que nous tenons en province  et cela, d’une manière régulière, depuis le 31 janvier de cette année » a-t-il  explique à la presse du Gouvernorat  en ajoutant que la situation du VIH au niveau de la province est alarmante. De nouvelles infections sont enregistrées à 2 315 personnes contaminées. C’est énorme dit le responsable de la PNMLS  au Nord-Kivu   parce que dit-il quand  il y a un seul cas de COVID ou d’Ebola, c’est tout le pays  qui  est préoccupé  et   de nouvelles infections comme celles-là, passent inaperçues, c’est inconcevable avons-nous estimés

.

Des statistiques alarmantes

Au chapitre des morts causées par la contamination  du VIH sida, il a été rapporté que 138 cas des décès liés à cette pandémie ont de nouveau été enregistrés tout en arrêtant de  prendre  leurs molécules.  Aubin Mungili se plaint de  pourquoi,  le monde entier  fait  attention pour un seul cas de contamination  d’autres maladies  et non pour le SIDA, pourtant il reste très fatal ?

Des causes sont connues de tous

A ce sujet des causes ont été identifiées  notamment  des causes liées à d’autres pandémies dont Ebola et la COVID-19, il y a eu relâchement car les gens se sont dits que le SIDA   est fini et ils ont été concentré sur ces deux pandémies précitées.  La deuxième cause, c’est cette séquestration des malades   dans des églises des réveilles et des tradi-praticiens : «  Ils passent tout le temps là-bas pensant qu’ils vont guérir par des prières en lieu et place de poursuivre avec leurs médicaments contre les VIH SIDA » déplore-t-il en poursuivant qu’ils arrivent à l’hôpital avec leurs maladies en état très dégradé et les ruptures des préservatifs  en font parties de ces causes. La bonne nouvelle, c’est que des quantités suffisantes seront  là, d’ici  la semaine prochaine aux promis les UNFPA et d’autres partenaires dans la lutte du VIH SIDA.

Il devrait le tenir informer

Certes, il faudrait que le Gouverneur Militaire du Nord-Kivu, le Lt. Gén. Constant Ndima soit au courant  de la situation du VIH SIDA  dans sa juridiction compétente car d’ici, le mois de décembre il devra aller rendre compte à sa hiérarchie à Kinshasa  de  toute cette situation afin que le Conseil National Multisectoriel CNMLS  de lutte contre le VIH SIDA que préside  le chef de l’Etat  dans lequel , les 26  provinces de la RDC devront être présentes pour faire un état de lieu du SIDA et chercher des voies et moyens pour  le vaincre.

Un nouveau plan stratégique devrait être élaboré

Au chapitre   deux, la revue à mi-parcours du SIDA  a été longuement discuté ce jour au gouvernorat du Nord-Kivu  et  de son plan stratégique Multisectoriel 2020-2023 ;c’est ici  où les  techniciens sont appelés à évaluer  les progrès réalisé au niveau des provinces  de la RDC  ainsi, en dégagé le Gap  pour qu’ils soient à même d’élaborer  un nouveau plan stratégique 2023 -2026  avec bien entendu  des indicateurs et spécificités  de la Province du Nord-Kivu.   Par ailleurs, le Gouverneur Constant Ndima a transmis tous ces dossiers à ses services spécialisés  pour en traiter  avec finesse et lui transmettre   des propositions dans le but de prendre des mesures idoines quant à ceux.

Norbert Mwindulwa     

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.