Goma : L’ambassadrice de la paix, Lucette Soki remercie sa famille et ses connaissances pour sa libération

Quelques jours après sa libération miraculeuse, Lucette Soki rend hommage défèrent à Dieu et à toute personne qui a concouru  à sa libération  des mains de ses ravisseurs. Elle a été enlevée par des personnes non inconnues pendant trois jours et sera libérée dans des circonstances inexplicables.  Son enlèvement la motive de postuler à la députation provinciale afin de lutter contre ce mal qui ne dit plus son nom. Désormais, la candidate N0 125 à la provinciale l’a -t-elle dit   lors d’un point de  presse ce 10 décembre encours à Goma.
« Ce n’est facile et aisé  de parler de quelque chose de triste, mais nous allons essayer de le faire afin de laisser libre cours à toutes les rumeurs qui circulent quant à ce » déclare-t-elle en sanglotant devant  une dizaine des journalistes locaux et nationaux. En effet, Lucette Soki Mulekya, Ambassadrice de la paix  a été victime d’enlèvement ciblé en date du 11 au 14 novembre dernier  par des personnes jusque-là, inconnues. Ces derniers l’ont transporté à bord d’une jupe quatre-quatre après l’avoir assommée avec son compagnie de lutte Benito Sikuli  par des produits qu’elle ne sait pas expliquer jusqu’à ce jour.  «  Nous revenons d’une activité de promotion d’entreprenariat des jeunes lorsque, je me suis senti perdre connaissance et je pensais qu’on me conduit à bord d’une jupe pour l’hôpital, mais hélas, nous nous sommes retrouvés  enfermés dans une maison que je ne connais pas » explique-t-elle. Ici, c’est le début d’histoire sombre pour ces deux jeunes, tous, la  trentaine révolue.  Ils seront enfermés dans une habitation dans le quartier Turunga, une banlieue   à une dizaine  de kilomètres au nord  de la ville de Goma. Au cours de leur captivité, ils seront violentés, passées à tabac, trois jours sans manger ni boire et n’ont pas  eu droits de voir la lumière de l’extérieur. Les cicatrices de leurs blessures restent encore visibles  sur leurs peaux.  Cette douloureuse expérience renforce la  motivation de  la fondatrice  de l’ONG Femme pour la  Paix, Lucette Soki de continuer sans relâche dans son engagement  en tant que candidate à la  provinciale dans la ville de Goma avec comme  but,  de chercher des solutions durables au phénomène de Kidnapping au Nord-Kivu «  on a parfois dit, derrière une dure épreuve de la vie, il y a une leçon  à apprendre. Je tire leçon  de mon enlèvement et je me décide finalement de porter haut la voix de toutes ces familles déchirées par ce phénomène de Kidnapping, des cœurs brisés par ces enlèvements » insiste-t-elle en poursuivant qu’avec Dieu tout devient possible. C’est aussi une raison de plus pour cette demoiselle congolaise  , mignonne  et intelligente d’exprimer sa gratitudes à toutes les personnes qui sont impliquées de loin ou de près  à sa  libération qui a été conditionnelle, mais grâce  à Dieu, elle a eu la vie sauve. «  C’est pourquoi je profite de vos micros pour exprimer ma reconnaissance d’abord à ma famille  qui s’est mobilisée  pour ma libération, des amis et connaissances, les services de sécurités qui n’ont pas fermé l’œil durant ma captivité et les journalistes qui ont fait  de cet évènement un tabac médiatique et le parlement des jeunes » reconnait-t-elle sagement. Elle a confié que, son enlèvement aurait  des liens avec les activités qu’elle mène pour la promotion de la paix et lutte pour le changement  de mentalité «  quand j’étais presque dans l’inconscience, l’un de nos bourreaux disait que, tu crois que c’est toi qui vas  changer ce pays avec tes prétendues  luttes » déclare-t-elle en poursuivant que, c’est là que j’ai réalisé que j’ai été enlevée pour les raisons de mon engagement  citoyen par des personnes mal intentionnées. Depuis lors, Lucette Soki est devenue encore plus célèbre qu’elle ne l’a jamais été  et  a porté plainte contre l’inconnue.  Des sources judicaires, les enquêtes se poursuivent son cours normal.
Norbert Mwindulwa

Input your search keywords and press Enter.