Goma : Jean-Paul Lumbulumbu alerte sur la spoliation de cimetière Gabiro

Le collectif des notables  du Nord-Kivu dénonce  la spoliation de la  concession du cimetière de Gabiro, situé  à l’extrême nord-est de la ville de Goma.  Dans une lettre ouverte déposée  le mercredi  à la mairie de Goma,  les notables de la province soutiennent que,   la spoliation de ce terrain serait faite avec  la complicité  de certaines autorités en ville et en province.
C’est la bouche autorisée du collectif des notables  qui  a alerté  la presse et les autorités. Il  pense que, la fermeture des cimetières de l’ITG et  Kanyamwanga,  celui de Gabiro restait le dernier recours  pour les populations  de Goma à revenu moyen. Maitre Jean-Paul Lumbulumbu dit ‘’le haut –parleur des opprimés’’ annonce des actions pour remettre  la population de Goma dans ces droits légitimes.  Le porte-parole des opprimés comme le surnomment la population, Jean –Paul Lumbulumbu en revient sur ce dossier  avec d’amples explications «  le cimetière de Kanyamwanga  a été déjà  fermé , celui de l’ITIG, nous interdit d’y accéder sauf  à une petite catégorie des personnes  qui ont un  peu d’argents , celui de Makaho, est loin et aussi  tellement cher, qu’il est réservé aux personnes VIP » déclare-t-il  amèrement.
Gabiro restait le seul accessible  
Il  poursuit que, la population de Goma ne reste qu’avec  le cimetière de Gabiro, qui  malheureusement, ces  douze hectares ont été vendus à un tiers personne  par les autorités compétentes révèle-t-il à la presse ce défenseur du bas  peuple.  Jean-Paul Lumbulumbu affirme avoir écrit avec son collectif au maire de la ville  pour l’informer et l’appeler  a être présent avec les notables de Goma le 05 septembre prochain dans un sit in devant le bureau du  conservateur des titres immobiliers.
Les titres doivent être annulés
Ces derniers y seront pour exiger l’annulation  pure et simple de tous les titres qui ont été  illicitement attribués  à un tiers en défaveur de toute la population de Goma.  Ce Juriste dont le  renom  dépasse les frontières craint que,  la population de sa province  natale puisse manquer où enterrer leurs morts «  vous savez bientôt la population de Goma va atteindre  1 million et cinq cent mille  habitants et cette population a le droit d’avoir  un lieu sûre et  accessible à tous » plaide –t-il. Il prévient  de n’est baissé les bras jusqu’à ce que,  la justice aura  raison au détriment de l’injustice.
Norbert Mwindulwa

Input your search keywords and press Enter.