Félix Tshisekedi à la COOP 26 : « la RDC, mon pays, solution à la crise Climatique mondiale »

La République Démocratique du Congo, mon pays  avec ses massifs forestier, ses tourbières et ses  sources en eau et minerais  stratégiques se présente comme un pays ‘’solution à la crise  climatique’’. Cette affirmation a été faite le 02 Novembre  par le Président de la RDC, Félix Antoine Tshisekedi. Il s’est exprimé ainsi devant les dirigeants du monde  au cours de la 26e Conférences des nations Unies  pour le climat à Clasbourg  en Ecosse.

En sa qualité du président  en exercice de l’Union Africaine, Félix Tshisekedi a rappelé qu’il lancé ressèment le plan de relance verte  pour la ‘Afrique. A en croire le Chef de l’Etat Congolais,  ce plan vise a renforcé les mesure  en faveur de la viabilité de l’environnement  et de la prospérité sur le continent.

Des résolutions avancées

Fidèle à ses ambitions, la RDC a pris un certain nombre des  résolutions que son chef de l’Etat  énumère ici : «  accroitre notre contribution déterminée  au niveau national en apportant 21%  de  réduction d’émission de gaz à effet desserre  à l’horizon 2030, lancer un programme visant à planter un million d’arbres à l’horizon 2023,  élargir de notre mythe énergétique  en combinant l’hydroélectricité , le solaire, la biomasse… » Déclare-t-il et d’ajouter que le plan national  stratégique de développement  ainsi que les politiques publiques sectorielles  qui en  découle se fondent sur ce vision.

Il faut respecter les prescrits de nos lois

Par ailleurs,  la protection des droits des communautés locales  des peuples autochtones  est capitale. Félix Tshisekedi s’est engagé résolument  à en tenir compte  dans son stratégie d’industrialisation, d’investissement  agricole et  dans la gouvernance forestière. L’augmentation envisagée  par la production agroindustrielle  vers des zones savanicoles  c.-à-d.  Hors des zones forestières de tourbières  cristallise la volonté claire  de  la RDC à conserver  les forets des communautés locales  et à garantir les droits de peuple autochtone.

Des engagements prisent pour l’environnement

De l’autre côté, les dirigeants mondiaux réunis à Clasbourg  pour la COOP 26 ont  pris l’engagement ce mardi  02 Novembre 2021 à enrailler  la déforestation d’ici  2030. D’après le Gouvernement Britannique hôte  de cette conférence  climatique,  cette déclaration commune sera adopté par  plus de 100 pays abritant  85% des forets  mondiales dont la RDC., la féret du Canada, celle d’Amazonienne au brésil et la Forêt tropicale  du bassin du Congo. Une décision salutaire pour l’écologie  souligne un scientifique congolais, Prof Amundala Drason. Celui pense que cet engagement doit s’accompagner d’un certain nombre des projets de développement  en faveur des communauté locales , l’expert en flore et faune le dit : « c’est une belle initiative, mais elle doit  être accompagné d’un certain nombre des mesures  notamment la réduction de la pauvreté des populations vivant au tour  de   ces forêt en  leur créant   les activités génératrice des revenus » conseille-t-il  et de poursuivre qu’une fois  sans cela,  cette population toujours pauvres seront dépendants de cette foret et la détruira  au final.

Norbert Mwindulwa  

Input your search keywords and press Enter.