Barbarie Humaine faite par la Police de la SMB à Rubaya : 14 personnes tuées, 16 autres blessées par balle, résultat d’une enquête menée par ‘’ Masisi Mon Berceau’’ au Nord-Kivu

0 Shares

L’effectif d’une trentaine des civiles dont des morts par balle et des blessées graves par des armes létales. Des bavures faites   par des policiers commis à la garde  de  Société Minière de Bisunzi  à Rubaya  dans le   Masisi. Le résultat final d’une longue enquête menée par des fils et filles de ce coin   réunis dans un mouvement citoyen dénommé ‘’Masisi Mon Berceau’’.  Cette enquête par de 2015 à 2020.  Ces congolais exigent la confortation d’enquêtes, le remplacement sans délai  de cette police mono- ethnique  et une attention particulière des autorités face à ces massacres. Ils l’ont fait savoir ce mercredi 26 Aout à Goma au travers une déclaration publique.   

 L’air est grave à Masisi, cet après midi, le Mouvement Citoyen ‘’ Masisi Mon Berceau ‘’ une  organisation  composée uniquement des filles et fils, ethnies confondues  de ce territoire du Nord-Kivu a réuni les journalistes de Goma pour partager leur résultat  d’enquête  approfondie qu’ils ont menée   sur  une période de 15 ans.  Une enquête accablante car  des  noms et des circonstances  de ces meurtres ont été élucidées  par ces derniers afin d’éclair l’opinion et tirer ainsi une attention particulière  des dirigeants qui semblent fermés les yeux face  à ces pertes des vies humaines. Selon ses enquêtes, les autorités à tous les niveaux auraient  être mouillés  de leurs barbes pour rester indifférentes  face à des morts des civiles congolais dans  cette partie  de la province du Nord- Kivu.

Des statistiques accablantes

 Théophile Bitegetihimana , le Chargé de Communication de Masisi Mon Berceau  revient sur ces noms et leurs circonstances : « en date du 17 juillet 2020  , nous sommes venus déposer un mémorandum  sur des tueries perpétrer par  des policiers commis à la garde  de la Société Minière de Bisunzu , SMB à  Rubaya, mais rien n’a été fait car les tueries continuent à suivre  son bon homme de chemin » déplore-t-il en poursuivant qu’ils présentent à ce jour leurs statistiques après avoir mener une enquête indépendante  comme une société civile.   1 Gendahayo Semarira, mort par balle le 29 juin 2015,   deux personnes blessées de mêmes circonstance en cette même année  et restent dans une invalidité totale. C’est notamment les creuseurs artisanaux Maniriho, victime des coups et blessures par balle  le 1er avril 2019, Bazimenyera Kazibwami coups et blessures par les fouets le 4 Avril 2019 , Muhirhé Aguma , mort par armée à feu le 02 juillet 2019, Sengihunva Gasasira a été tuée  par balle  le 02 juillet 2019, Hakizimana Kavuruga, fouetté jusqu’à ce que la mort s’en suit  une semaine après , le 01er Juillet 2019, Bora Runaga,  blessé par balle le 03 juillet 2019 , , Itimana Kibara fidele, a été tué  par des mêmes effets , le 03 Aout 2019,  Safari Rukirande , tué le 09 Avril 2020,  Sadiki Gahanga, blessé  par balle  en avril 2020, Bonane Isaac   a été victime de des balles le 16 Avril 2020, il n’est pas mort de ses blessures, Ndegejeho Nyira Safari, tué  par l’armé  létale  le 30 Avril 2020, Nyirajana Benita  tuée des mêmes circonstances le 30  Avril 2020, Mushoma Ndahisaba , mort par balle le 02  mai 2020,  Tuishima Alphonsine , tuée le 02 Mai 2020, Sengihimana Bitwaiki tuée par balle le 23 juillet 2020,  Wizehimana Kazamarande mort par balle  le 23 juin 2020, Thomas  Habyarihimana , mort aussi par balle ce même 23 juillet 2020, Dany Bazima  de Kanyiro, blessé par balle le 23 juillet 2020, Ivette de Kasura , blessée par  le 23 juillet 2020, Erick de Kasuba  blessé le 23 juillet 202O, Hangi Gabriel , blessé par des fouets le 21 juillet 2020, Mugarukira Bonheur , blessé des mêmes circonstances que son  prédécesseurs  en même date,  de même que Nahomba Bitakuya ,  Tuhigira Bagabo Jacqueline  tué par armé à feu  le 23 Aout 2020, Nihigaba  et Nyarukundo Twagira , blessé par balle  ce même 23 Aout 2020.

Ils recommandent ceux qui Suits :                     

Un bilan macabre de 14 personnes tuées et 16 autres blessées soit par arme  à feu  soit par fouets. C’est la raison pour laquelle, Masisi Mon Berceau  recommande de nouveau ce qui suit : «  que des policiers des mines viennent de la responsabilité du Ministère des Mines et non une police mono-ethnique composée pour la garde de la SMB,  ces policiers commis à la SMB doivent rester à Goma et non dans ce site de Rubaya, demandons à la justice militaire et civile de bien faire leur travail  d’indépendance »insiste-t-il.

Norbert Mwindulwa

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.