Sénateur Stéphane Miruho au Ministre National des transports : « vous devez prendre vos responsabilités pour éviter les naufrages sur le lac Kivu ».

 Elle a eu lieu ce  25 mai 2020   à  Kinshasa  dans  le procès sur le présumé détournement des fonds  du programme dit de ‘’ 100 jours  du Chef de l’Etat’’ en chambre Foraine à la prison Centrale Makala. Le tribunal de grandes   Instances de la Gombe a entamé l’instruction de la prévention  de détournement de denier public. Dans le fond du dossier, les juges, le ministère public  et la partie civile ont tous posé des questions  aux prévenus Vital Kamerhé et Jamal Sammy  sur la validité des marchés conclus  dans le cadre d’achat et de la livraison des maisons  préfabriquées. La prochaine audience est prévue pour  le 03 juin prochain.

vital Kamerhé, présumé coupable /Photo d’illustration aux droits de tiers

Tout à consister à ce tribunal   dont la partie civile et le Ministère publique  à demander  au prévenu Vital Kamerhé, de quelle manière avait-t-il  procédé pour retenir la société  SAMIBO pour ce marché des maisons préfabriquées ? Comment peut-il déterminer ces tâches dans les supervisions du programme de 100 jours ? Qui avait présidé la réunion de supervision de ce dit programme ?  Voilà autant des questions  qui ont ciblé   le Directeur de Cabinet du Chef de l’Etat, Vital Kamerhé. A maigri visiblement, avec des barbes blanches, mais combatif, Vital Kamerhé  répond d’autorité à ces questions  sans appel : «  pourquoi je me retrouve  à la barre ? l car le programme de 100 jours n’est pas un crime,  je ne fais pas partie du comité de conjointure des dépenses de l’Etat,  ce ne pas moi qui ai choisi  la société SAMIBO, mais plutôt l’ancien ministre Justin Bitakwira »  s’explique-t-il en  ajoutant qu’à ce temps  Justin   Bitakwira alors Ministre National  du Développement rural.

Vital Kamerhé représentait le Chef de l’Etat  seulement

  Vital Kamerhé a précisé qu’il y a eu 10 réunions à la Présidence de la République et c’est le DIRCAB qui en présidait au nom du  Chef  de l’Etat a-t-il éclairé.  Vital Kamerhé a  peu après réitéré sa demande  de la liberté provisoire. Par ailleurs Jamal Sammy  a également  demandé aux juges d’effectuer une descente sur le terrain  au camp militaire Shashi afin de constater  ce qu’il a déjà réalisé en termes des maisons préfabriquées.  Selon les dires  de  ce sujet libanais et commerçant de son état, plusieurs maisons préfabriquées sont déjà arrivées à Dar-sa- lam   et n’attendent que  le paiement de frais supplémentaires   par le Gouvernement Congolais. : «  On m’accuse d’avoir volé 57  million 750   de dollars Américains reçus  en tranche via la banque, je n’ai rien volé et j’affirme avoir reçu ce montant pour d’autres accès du marché »  déclare-t-il.   Le commerçant Jamal va par la suite brandir d’autres documents qui n’avaient rien avoir avec ce procès.  Chaque partie  à ce procès aussi sollicité la comparution  de ses témoins  à  charge et à décharge  à l’audience prochaine. Une liste  des témoins a été dressée pour leur identification.Norbert Mwindulwa    

Input your search keywords and press Enter.