Nord-Kivu /Goma : L’avocat Conseil de la Famille Jacques Bandu Muhima désapprouve les intimidations dont le TGI est victime

La parcelle  E 623 du quartier les volcans appartient bel et bien à la famille Muhima selon les documents originaux délivrés par son ancien propriétaire Mario  Alberto. Les documents le prouvent et la justice l’a confirmé. C’est pourquoi l’Avocat Conseil de la famille Muhima  dénonce l’acharnement dont  la TGI/Goma  est victime.  Il demande à la partie adverse de recourir aux voies légales et non salure les noms des personnalités Judicaires pour vouloir  influencer les décisions

des pieces à conviction sont-là

La Succession Muhima  représentée par  son liquidateur Mr Jacques Bandu Muhima Mulanya s’est décidée d’informer  le public  de Goma et ses connaissances ce 29 Avril 2020.  Cette information vient donc couper court les rumeurs qui circulent sur  le Jugement  de sa parcelle E 623  sise au quartier les Volcans  dans la commune  de Goma  appartient pour toujours à leur succession. Après que  leur Défunt père  ait acheté la dite parcelle auprès de Mario Alberto en date du 23 mars 1960. Ce dernier a obtenu   le  transfert de propriété  de sa concession  le 17 Mars 1960 avec des pièces à conviction originales dont son certificat d’enregistrement volume F35, volume 55 dans la même date précitée.   Selon notre source,  son certificat  d’enregistrement n’a jamais fait l’objet d’une quelconque annulation  et que par conséquent  il souligne qu’en date du 16 juillet 1989  , il avait  signé   un contrat un contrat  de location : «  le dit contrat a été signé entre notre feu père  et Mr Mathieuot Maurice qui a été commandant du Centre  des Troupes aéroportés en signe CITA. Ceci jusqu’à l’avènement de l’Alliance  des Forces Démocratiques pour la Libération du Congo en sigle AFDL »  explique  son Avocat Conseil, Frank Muteba  tenant des documents originaux  témoignant   toutes ces opérations entre ses mains.

des authentiques qui prouvent qu’ils ont raison selon le TGI

Le RCD avait reconnu que la parcelle appartient à Muhima

  Cet Avocat souligne que cette parcelle sera plus tard occupée par les éléments  du Rassemblement Congolais pour la Démocratie RCD  en abrégé avec à la clé un document authentique dument signé par le Général Jean-Pierre Ondekani pour  attester  les arguments  de leur avocat. En 1999, de son vivant, Mr Muhima , leur père et propriété de la dite parcelle a fait venir à Goma, son vendeur Mr Mario  ALBERTO  pour témoigner  devant le commandant des troupes du RCD , le Général Jean-Pierre Ondekani.   Cet Officier de haut rang  , par sa lettre n0 14/06 du 1999  avait adressé une correspondance  de reconnaissance à Mr Muhima : «   par la présente lettre,  je salue votre courage  de  faire venir Mr Mario Alberto  pour nous confirmer que la parcelle N0 123  bloc 139 /9  vous appartient . En effet après vérification des documents auprès des services compétents  nous prenons acte que cette parcelle appartenait à Mr Mario Alberto »  écrit-t-il en ajoutant qu’il a vendu à Mr Muhima Mbahirwe Mastora, l’acheteur et non  à l’Etat Congolais.  Le General Jean-Pierre Ondekani  a ainsi sollicité  au propriétaire légale  de la dite parcelle qu’en attendant le déguerpissement  des militaires  du bureau de service de renseignement fonctionnant dans ce bâtiment,  nous vous prions de patienter les six mois de préavis   afin de nous permettre  de chercher un nouveau endroit où nous devons construire. Le Général JP Ondekani a fini sa correspondance en   lui  priant d’accepter  ses sentiments de gratitude.  En descendant  sur le terrain  donc au Tribunal des Grandes Instances de Goma pour puiser les bonnes informations à la source, une équipe des journalistes locaux  des radios, Télévisions et medias en ligne avons constaté qu’il y a bel et bien un rendu  de  décision  sur cette affaire  donnant ainsi à la succession Muhima  raison faute d’arguments convainquant et des pièces à conviction  sur la dite affaire.

No Comment !

Frank Muteba  désapprouve les attitudes de ses adversaires

  A la question de savoir pourquoi, l’actuel  président du TGI/Goma   est cité de boutiquer  ce procès  par la partie perdante, qui parle  d’un jugement unique.  Je désapprouve leur attitude car ils n’encouragent pas la justice de faire son travail. L’avocat  défense  souligne que la BDGL vient maintenant d’initier une procédure qui devra passer le 5 mai prochain  contre  Jacques Bandu Muhima –conservateur-chef de division et la République.  Me Frank Muteba  soutient qu’ils vont une nouvelle fois en découdre et attendre  que la BDGL présente  ces éléments de défense. Le premier procès ne nous a pas opposé avec la BDGL, mais plutôt avec une tierce personne. Il a dénonce  l’acharnement médiatique  ciblant  le Président  de la TGI, Alphonse OWONGO, qui selon lui  a rendu un jugement partant des preuves et des moyens des défenses qui lui ont été présentés. «  Je crois que la partie  adverse veut intimider les juges par ses sorties médiatiques,  veut forcer la main  aux autorités judicaires, une sorte d’acharnent pour influencer le prochain  jugement. Ils doivent seulement apporter leurs pièces en conviction »  regrette-t-il en précisant que  la justice les  a remis dans leurs droits. Si la partie adverse estime qu’elle n’a pas été satisfaite, il existe des voies de recours en droit  en lieu et place  de s’attaquer au Président juges du TGI  qui ont  fait leur  travail  d’une église au milieu du village. Cet avocat réitère que le nouveau Chef de l’Etat prône un Etat de Droits et si les Congolais veulent un Etat de Droits, ils doivent par moment accepter de perdre un procès car la Justice à dit la  vérité. L’affaire reste à suivre.

Norbert Mwindulwa    

Input your search keywords and press Enter.