Masisi : le site minier de Rubaya, vers un complot grave qui risque de provoquer un génocide due au conflit minier

Au  lieu que,  les minerais soient un vecteur du développement en territoire de Masisi, ces matières premières risquent  d’engendrer un conflit interminable. Des pertes en vies humaines s’enregistrent  et les conflits restent perceptibles entre les habitants de Rubaya, les propriétaires des carrés miniers ainsi que les agents de sécurité. Les creuseurs artisanaux l’ont dénoncé le 08 décembre encours à Goma lors d’un point de presse.
Selon l’article publié sur  Coltanbbau  im Kongo (Geldhebt krieg TAZ) via son reporter Simone,  a outres passé les limites  de la réalité en territoire de Masisi. La société minière de BISUNZU SMB, principale société œuvrant dans le secteur depuis la nuit de temps n’a pas pu faire preuve de la restitution des dividendes à la communauté de base dans le cadre d’amélioration des conditions de vie des habitants du territoire de Masisi. Sur le plan éducationnel, aucune  écoles n’a été construite, moins encore des routes, sont devenues  impraticables, pas d’eau potable, ni électricité, en plus forte raison, aucune infrastructure des soins de santé n’a été aménagée en faveur des habitants de cette partie la province du Nord-Kivu.
Elle a le monopole
La  SMB qui fait des bruits actuellement avait  eu sa licence pendant la rébellion du CNDP,  un groupe  des rebelles tristement  connu qui avait allongé un chapelet  des morts dans le rang des populations civiles. Mais, aujourd’hui  ce groupe armé s’est transformé à un parti politique,  chapeauté  par le sénateur  MWANGACHUCHU propriétaire de la SMB.  De millions de dollars américains  encaissés   par cette société, qui selon des sources proches des creuseurs  font  preuve d’une mauvaise foi caractérisée par le  patron de  société, qui met  le social  des autochtones dans les oubliettes.  Pour ce creuseur artisanal  qui a requis l’anonymat  : «  nous  menons  une vie misérable et  mourons régulièrement  suite à l’ insécurité entretenue par SMB » déclare-t-il en poursuivant   que , les accidents professionnels  dus à  la non industrialisation de ce  site sensé être industrialisé depuis belle lurette occasionne également leur calvaire .
Les retombées minières ne profitent pas à la population
De fil en aiguille, un  autre  creuseur précise  que, la  SMB impose le prix  des minerais et ne respecte pas les délais de payement de leurs  factures.  Ce dernier signale que, la société exporte d’abord les minerais et paie après le rapatriement de fonds. Cet état de chose nous enfonce et nous savons plus à quel saint se voué.   Il faut dire que la  SMB tient mordicus à conserver le monopole de minerais dans le  Masisi, pour preuve,  il suffit d’interroger les parquets, et autres cours et tribunaux de la province  pour se rendre compte des dossiers judiciaires qu’elle a dans son actif.  Surtout que,  tout celui qui ose intégré  le domaine de minerais dans cette contrée de la province,  doit  faire   objet des poursuites judiciaires sans aucune autre forme de procès confie un journaliste de Masisi. Un observateur lucide  souligne que,  son modus operandi étant la distribution des pots de vin et l’acharnement contre toute personne qui veut revendiquer son droit. Les creuseurs de Masisi déplorent qu’ils soient qualifiés de milice  de NYATURA  par SMB alors que,  ce sont des citoyens qui font leur travail  en collaboration avec les services de l’Etat, œuvrant dans le secteur minier de Masisi.  Nos sources ont renchéries que,  la descente des responsables de la  SMB sur le site minier fait peur aux creuseurs et habitants par  les dispositifs sécuritaires qui les accompagnent,  de surcroît lourdement armés. Les creuseurs se déclarent  donc  être victimes de toute forme de maltraitance  entretenue par la  SMB contrairement à l’article d’un journaliste Allemand qui victimise, le patron  Mwangachuchu du parti politique  CNDP.  Pendant ce temps,  la société dont il  est propriétaire contribue au malheur de la population de Masisi qui croupisse dans leur misère indescriptible.  Etienne Kambale,   team leader de la bonne gouvernance à la société civile du Nord-Kivu exhortent les sociétés minières qui exploitent les minerais dans le Masisi y compris la  SMB d’améliorer  les conditions de vie des populations  dans des zones minières «  ils doivent  réhabiliter les infrastructures afin que la population locale se retrouve dans les retombées de l’exploitation  minières  dans  leurs contrés » soutient-il et d’ajouter qu’ils  devront cesser d’insécuriser les zones d’exploitation minière  mais aussi  de lutter contre la fraude minière qui enrichit les pays voisins au détriment des citoyens congolais.  Etienne Kambale conclut en disant que,  ces richesses devraient être partagées équitablement, sans discrimination et ne doivent pas être la source de l’insécurité ou de malheur  des congolais.
  Noé Wembo

Input your search keywords and press Enter.