L’arrestation de Vital Kamerhé à Kinshasa : Le Barza-intercommunautaire du Nord -Kivu prêche la paix et la cohabitation pacifique entre les ethnies de sa province

Des  tracts circulent   sur les réseaux sociaux pour  attiser la haine entre  les communautés en province du Nord Kivu dans l’affaire qui oppose la RDC à Vital Kamerhé.  Le Barza –intercommunautaire  a réagi en faveur d’une cohabitation pacifique entre les ethnies.  Cette structure pense  les originaires  du grand -Kasaï  vivant au Nord-Kivu  ne sont pas concernés sur l’affaire d’arrestation  du Directeur de Cabinet de Félix Tshisekedi. Par conséquent, les Tshi  du Sud –Kivu vivant dans cette province ne peuvent pas aussi  en vouloir leurs concitoyens Kasaiens car  l’arrestation  de Vital KAMERHE est une affaire de Justice.  Le Barza conseille  les 10 communautés de sa province  de laisser la justice faire son travail. Ils   l’ont dit ce mardi 22 Avril 2020 à Goma.

le Président Alex Bauma parle de l’objet de leur déclaration de ce jour

C’est à travers une déclaration rendue publique ce mardi i 2I avril 2020 par le Baraza-intercommunautaire du Nord-Kivu  a appelé ces dix communautés dont neuf des originaires  de sa province et une autre dite’’ d’autres communautés au vire ensemble  pour surmonter cette manipulation politicienne  véhiculée  sur ces bouts des papiers.  Selon le Professeur Alex Bauma , le Président  de cette structure promotrice de la paix au Nord-Kivu : «  après 4 séances d’échanges de médiation homogène et hétérogène avec les délégués des membres des communautés Bashi et du grand Kasaï résidant au Nord Kivu au siège du Baraza dans le but de mettre fin à cette haine tribale attisée contre les  grand –Kasaïens »  déclare-t-il  en poursuivant que  celle-ci peut attiser les conflits interminable  et crée  d’incidents majeurs entre les ethnies  dans cette région confrontée  déjà à une crise sanitaire  sans précédent dont l’épidémie d’Ebola et la pandémie  de Coronavirus.

il est accompagné du parte-parole du Barza -tintercommunautaire;

 Voici quelques retombées de ces assises   

Au sortir de  ces échanges constructifs voici les conclusions qui en découlées selon  les médiateurs  du jours   : « les deux communautés se sont mises d’accord pour toujours travailler ensemble dans un climat de paix et de franche collaboration, de consolider l’unité intercommunautaire et le dialogue en privilégiant les moyens non violents dans la résolution des conflits et différend » énumèrent-ils  et d’ajouter que  le tract dont il est question n’engage ni la communauté de Bashi moins encore  celles  du grand Kasaï. Par  conséquent  ces communautés  précitées  demandent aux services compétents  de saisir les auteurs  de ce tract afin qu’ils soient sanctionnés  conformément à la loi du la RDC.

Que  justice  fasse son travail

 S’agissant de la détention préventive du présumé coupable  Vital Kamerhé ,  le  sujet de ces  controverses dans l’opinion nationale, les communautés du Nord-Kivu  étant apolitiques adhèrent à l’idée de laisser la justice  poursuivre son cours normal : « les deux communautés invitent leurs membres respectifs à l’apaisement partout où ils se trouvent mais aussi de cultiver les vertus Républicains notamment la cohabitation pacifique, la tolérance, la liberté d’opinion et d’expression » souligne-t-il en précisant qu’ils doivent  promouvoir les intérêts communautaires ainsi que  les projets de développement.  Les deux communautés dont il est question ici, doivent rester  respectueuses des valeurs citoyennes basées sur la consolidation des liens interculturels les unissant de manière légendaire.

Une déclaration pour remettre les choses sur le rail

A notre source,  le Président du Barza-intercommunautaire, Alex  Bauma Balingene de réitérer  que,  cette déclaration est sortie pour apaiser les esprits des uns et des autres en éclairant l’opinion que : «  ce ne sont pas les membres des communautés du grand Kasaï qui ont procédés à l’arrestation de Vital Kamerhé  mais c’est plutôt   la justice congolaise.  D’où  l’urgence  que l’opinion nationale en soit tenue au courant pour épargner la RDC  au  pire et qu’il  s’intéresse plutôt  à maitriser cette crise sanitaire comme les autres pays du monde entier.

Il émet le vœu de voir la justice se saisir de ce dossier pour que les  auteurs des  tracs  en question  qu’il a qualifié des  ennemis de la paix puissent   subir  la rigueur de la loi et que la population ne se fie pas à ces rumeurs mais plutôt qu’elle continue à promouvoir la paix et la cohabitation pacifique au Nord-Kivu en particulier et en RDC en général.

Norbert Mwindulwa

Input your search keywords and press Enter.