Goma : Pour finir les actes de justice Populaire, le Député National Hubert Furuta appelle à l’encadrement, protection et la surveillance de services de Sécurité.

 L’honorable Hubert Furuguta, élu  de Goma a réuni la presse  au cours d’un point de presse  ce lundi 23 décembre 2019 afin de proposer une solution durable aux problèmes d’insécurités et de la Justice Populaire. Il soutient que, pour en finir, il faut  tout  un encadrement total   les services de sécurité.  Il a invité ses électeurs à éviter de se faire  justice en lieu et place des Organes compétents.

Selon cet élu, la police, l’armée, des  services de sécurité sont accusés par la population d’être à la base  rendre une liberté provisoire  aux malfaiteurs et ces derniers se rabattent  de nouveau contre la même population en commettant des actes  criminels après leur relâchement.  Cet état de chose ne pourra pas diminuer les cas d’injustice. Il donne son argumentaire : « Lorsque la police, l’armée, les instances judiciaires et tous Les services de sécurité sont accusés par la population d’être auteurs  de cette liberté d’action  des malfaiteurs qui   tuent  sans être sanctionnés, la  justice populaire  ne pourra jamais prendre fin »déclare-t-il.  Les malfaiteurs sont attrapés parfois par la population, ils sont conduit à la justice  et au final, cette même  la population les retrouve  dans nos quartiers   après avoir commis d’autres forfaits  à l’encontre  de ces mêmes  populations. Mais je crois que le cycle de violence est loin de se terminer car  se fait en cercle vicieux constate  ce représentant du peuple..  A cet effet le Député Hubert Furuguta  appelle  donc  les autorités à reprendre  les  choses en main pour finir avec cette mauvaise pratique  qui selon lui, vend  une image négative de la République en face du monde : «il esttemps que l’état prenne en mains toutes ses responsabilités   afin de sécuriser sa population et cela en sanctionnant sérieusement tous les malfaiteurs, seulement que je ne peux pas donner raison totalement à la population car parfois  par émotion,  elle tue aussi les innocents » reconnaitil sagement.

La population doit éviter de se faire justice

Ce dernier invite la population à éviter  de se rendre justice et de devoir soumettre tous ces cas des malfaiteurs  auprès de la justice et à elle,  de  voir tout ce qu’elle peut faire pour se remettre en  confiance avec la population.

Au cours de ce même entretien plusieurs autres questions ont été évoquées par cet élu entre autre la question de la gratuité de l’enseignement en République démocratique du Congo, la bonne gouvernance ainsi que les différents cas d’insécurité urbaines  qui prennent de l’ampleur dans la province du Nord-Kivu et plus particulièrement dans la ville de Goma

La gratuite s’est amené au nombre des questions.

Au chapitre  de la gratuité de l’enseignement  de base  en RDC telle qu’a été prôné par le Président de la RDC,  Felix Antoine Tshisekedi, Hubert Furuguta a précisé   que,  cette décision reste une déclaration de la constitution de la RDC en faveur de tous les élèves de la première année jusqu’en sixième année primaire et qui doit être exécuter par le gouvernement congolais, une mesure exceptionnelle  pour lui,  que le Président ne fait que vouloir  qu’exécuter car jamais appliquée depuis l’histoire de la république : « Moi je suis d’accord que cette décision constitue un signe du changement, une mesure importante qui vise à améliorer la qualité de vie de la population congolaise, mais ce qui ne veulent pas de ce changement n’étant pas à mesure d’exécuter cette décision ont beaucoup » déclare-t-il  en poursuivant que : «  le chef de l’état a pris  le ridicule en main du fiat que beaucoup des gestionnaires des écoles se sont enrichis pendant plusieurs jours au dos des parents c’est pourquoi ceux qui s’enrichissaient aux dos des parents veulent toujours bloquer cette décision. Moi personnellement je veux qu’on s’affronte avec ces responsables de l’enseignement sur des questions  et réponses sur cette situation ».  L’honorable Furuta soutient qu’il a  des éléments palpables et il  ne trompe pas sur cette situation. Il  veut  qu’on y fasse un débat, ils ont voulu qu’on reste dans cette façon où des individus veulent toujours contrôler l’état au lieu que l’état contrôle les individus. Cette situation de non état ne va plus continuer à exister a  insisté   l’unique député doublement élu en ville de Goma. Signalons par ailleurs que,  plusieurs autres questions d’intérêts publics ont fait l’objet des débats entre cet élu du peuple et la presse locale. Le rendez –vous est fixé encore pour un avenir très proche.

Norbert Mwindulwa

Input your search keywords and press Enter.