Goma : L’opposition anticipe l’autorité sur la tenue de leur marche pacifique

Les partis et regroupements politiques  de l’opposition au Nord-Kivu dont  UNC, dynamique de l’opposition, Ensemble, MLC, MSR, G7, Congo NABISO, AR et AMK adressent  une lettre d’information au maire de la ville. Elle est datée du 20 octobre encours pour lui mettre au courant de l’organisation d’une marche pacifique ce vendredi 26 octobre 2018. Ils tiennent à tout prix à jouir de leur droit.
Cette marche sera consécutive à la contestation  de la volonté manifeste de la CENI, qui selon eux, veut à tout prix utiliser  le vote électronique, pourtant interdit par  l’article 237 de la loi électorale a dit dans  son speech,  Jean –Batiste Kasekwa, modérateur de la dynamique de l’opposition au sein de l’ECIDE «  la CENI use sa volonté illégale d’utiliser un fichier électoral non nettoyé pour ces élections » insiste –t-il.
Ils tiennent à tout prix à la marche
Pour le conseiller en charge de la jeunesse de Moise Katumbi, Patrick Mundeke qui a représenté  l’Ensemble dans ses assises , cette marche doit se tenir et aura  porté ses fruits  pour obliger  la CENI et la majorité au pouvoir de fléchir dans leur complot machiavélique « l’itinéraire  de cette grande mobilisation commence par le rondpoint signers ,BDGL , en passant au quartier général de la Monusco pour chuter au bureau provincial de la CENI où un memo sera lu» explique-t-il en continuant dans celui-ci, il y a  des frustrations de la population . Patrick Mundeke avance que, nombreux de leurs électeurs sont décrépis  de force dans la ville de Goma, des déplacés de guerre dans le Masisi, Beni, Rutshuru et Walikale, alors  que, la loi dit que « chaque électeur doit voter au lieu  où il s’était fait enrôlé et aussi l’article 5 de renforcer que, la souveraineté appartient au peuple, nous nous rendons compte que, les machines sont préparées pour voter à la place du peuple » se désole-t-il.
L’usage de la machine, une tricherie
Il soutient que, c’est une tricherie électorale. Ces politiciens pensent unanimement après l’adresse de leur note d’information dont le maire a accusé sa réception, ils sont dans la légalité pour mener  leur démarche démocratique. Ils  prévoient de commencer à distribuer des feuillettes de campagne de sensibilisation à la population afin d’appuyer la lutte et d’exprimer collégialement leur colère quant à  ce qu’ils appellent la machine à Dauphin ou à tricher. Signalons que, ces partis de l’opposition refusent toute éventualité de report des élections du 23 décembre prochain. Au maire de Goma, de prendre des dispositions légales  pour encadre leur manifestation pacifique a ajouté le Secrétaire Fédéral de l’UNC, Dr Rodriguez Kisando.
Norbert Mwindulwa

Input your search keywords and press Enter.