Goma : la manifestation de la Lucha tourne en vinaigre

Au total 15 militants  de la LUCHA tabassés dont trois grièvement blessés et admis  respectivement à Heal Africa  et à l’hôpital provincial de Goma. Un  triste bilan  de la manifestation pacifique. La Lucha a été  Violemment réprimée  ce lundi 03 septembre par la police Nationale Congolaise.  Ils exigent le retrait de la machine à voter et le traitement du fichier électoral par la CENI.
Des dizaines des militants de la Lutte pour le Changement auxquels se sont joints d’autres  militants  nommés les’’ Deboutistes ‘’ ont pacifiquement commencé leur manifestation lorsqu’ ils seront interceptés et copieusement tabassés par la Police Nationale Congolaise au niveau du rondpoint BDGL de Goma.  Après une vive altercation avec ces éléments de l’ordre,  la marche va tourner au vinaigre. Le responsable de la police  dans la ville de Goma, le Colonel Job Alissa s’est fait lui-même le plaisir  de tabasser les manifestants pacifiques. Plusieurs  observateurs lucides et des journalistes sur le lieu de manifestation affirment l’avoir vu  donné des coups à ces jeunes pros démocrates. Cela  peu avant de donner l’ordre à ses éléments des troupes  d’infliger des coups des matraques et autres aux manifestants. Quinze parmi les manifestants seront blessés dont trois grièvement, alors que,  six autres seront embarqués dans le véhicule de la PNC  pour la détention. ici, les journalistes seront également pris à partie par la police  sous l’ordre de leur chef.  Malgré  la violence faite par la police,  quelques manifestants de la LUCHA et des journalistes sont arrivés au bureau provincial de la CENI.  Là-bas, ils seront dispersés à coup de gaz à la crimogene,  autres militants ont été arrêtés  et transférés aux cachots de la PNC. Ces derniers  exigeaient à la Commission Electorale  Nationale Indépendante le retrait  de la machine à voter  ainsi que, le traitement du fichier électoral de Six millions d’électeurs  effectifs qui se trouveraient dans ce fichier, Robert Amani,  l’un de la LUCHA donne son désarroi « nous exigeons le retrait pure et simple de la machine à voter, cette machine va permettre au pouvoir de torpiller les élections et nous congolais, on souhaite des élections libres, crédibles et apaisées » déclare-t-il en ajoutant que, la machine à voter ne figure pas dans la loi électorale. Il faut dire qu’au cours de  cette manifestation trois journalistes, portant cameras, dictaphones et autres  matériels professionnels ont été  brutalisés par la police.
Norbert Mwindulwa

Input your search keywords and press Enter.