Goma : Dufina Tabu peint un bilan concret des actions de l’ASVOCO

L’Association des Volontaires du Congo, ASVOCO en sigle totalise ses 33 ans d’existences. Elle a commencé à promouvoir les droits de  l’homme en RDC depuis 1985. Son président, Dufina Tabu a dressé un bilan positif sur les avancés des droits de l’homme au pays.  Il l’a fait au cours d’un point de presse organisé  ce  26 juin à son siège social de Goma.
« mon bilan est largement positif car l’ASVOCO a été créée le 26 juin 1985 à l’institut de Goma et  a réalisé beaucoup de choses notamment rapprocher les militaires de l’ AFDL, les convaincre qu’on enterre les mort laissées à leur passage, apprendre les droits humains dans les universités et des écoles de la place, gratuitement et même dans nos villages »énumère-t-il et de poursuivre qu’aujourd’hui mêmes les militaires commencent à prêcher les droits de l’homme et beaucoup d’associations de nomination association des volontaires, devenues incomptables en RDC, c’est grâce à notre action. Ce sexagénaire a un bilan à défendre certes, car  il a  passé presque toute sa vie de jeunesse dans cette action bénévole en sensibilisant les femmes et des hommes  à mener des actions en faveur de leurs semblables en difficulté comme se cotiser de l’argent pour aller assister les prisonniers,  plaider pour leur libération, leur meilleure détention au sein de nos prisons, assainir la ville et cela sans attendre le financement de qui que ce soit  a expliqué Dufina Tabu.
Des informations confirmées
Ses informations sont corroborées par Bienvenu Mayemba, activiste des droits humains et coordonnateur du Centre International en Droits Humains et Développement CFIDH/D « Dufina Tabu est un Baobab, il nous a tous donné le goût de servir l’autre qu’on ne connait pas son origine moins encore sa religion, il est riche en esprit et prône l’unité de tous » explique-t-il en ajoutant que Dufina Tabu mérite un prix Nobel  de la paix  pour son engagement. Pour rappel, Dufina Tabu vivait au Burundi quand il retournant au pays, alors, le Zaïre en 1985, il a trouvé  beaucoup d’abus des droits de l’homme avec la dictature du feu président Mobutu. Ce mécanicien de formation va juger de laisser sa passion  pour embrasser sa vocation,  la défense des opprimés. Depuis lors, il n’a jamais repris ces clés de réparation des véhicule ni son travail d’enseignant en électricité automobile. Aujourd’hui beaucoup le surnomme ‘’ avocat du peuple ‘’  et il est respecté par tous. Il a construit une clinique juridique au sein de sa parcelle, une salle de réunion qu’il donne gratuitement aux activistes et journalistes, un hôtel modeste non payable par cette catégorie des personnes qui  serait de passage à Goma et sans moyen financier et il le fait sans exiger aucun frais pour ses services. Il faut dire  que l’ASVOCO a comme devise ’’ l’Unification Mondiale’’. Invitées à cette cérémonie commémorative, aucune autorité de la place n’a rehaussé de sa présence.
Norbert Mwindulwa

Input your search keywords and press Enter.